Tous égaux devant l'éducation supérieure?

16 Avril 2007 à 0H00

Depuis la réforme de l'éducation entreprise dans les années 60, le taux d'accès à l'éducation postsecondaire a connu une forte croissance au Québec, avec la création des cégeps et la démocratisation de l'enseignement universitaire. Pourtant, certaines inégalités sociales teintent toujours les carrières scolaires des étudiants. En témoignent les différences de parcours entre les filles et les garçons, entre des groupes de différentes appartenances socioculturelles ou de différentes régions.

Grâce à une subvention de deux millions de dollars octroyée par la Fondation canadienne des bourses d'études du millénaire, le Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST) de l'UQAM et le Consortium d'animation sur la persévérance et la réussite dans l'enseignement supérieur (CAPRES) de l'Université du Québec viennent de lancer un projet de recherche visant à mieux cerner les facteurs qui influencent le parcours des étudiants au Québec, comme ailleurs au Canada.

Le groupe de recherche, piloté par Pierre Doray, directeur du CIRST, comprend une douzaine de chercheurs provenant de l'UQAM, de l'Université Laval, de l'Université de Sherbrooke, de l'Université d'Ottawa ainsi que des cégeps Édouard-Montpetit, Limoulou et Jonquière. Ceux-ci s'intéresseront plus spécifiquement aux transitions scolaires, par exemple : le passage du secondaire au cégep, puis à l'université; le passage du collège technique à l'université; ou encore le passage du marché du travail à l'université, dans le cas d'un retour aux études.

«Nous disposons des données de deux enquêtes longitudinales réalisées par Statistique Canada, dit Pierre Doray. Elles ont permis de suivre le parcours des jeunes Canadiens pendant plus de quinze ans.» Les chercheurs ont aussi recueilli des données d'autres enquêtes menées au Canada par divers groupes de recherche, certains ayant colligé des données de nature qualitative. «En analysant toutes ces informations, nous voulons notamment identifier quels groupes sont le plus à risque de décrocher et à quelle étape de leurs études. Nous voulons faire des comparaisons, entre les étudiants qui appartiennent à différents groupes sociaux, qui viennent de différentes provinces ou qui ont choisi des programmes d'études différents.»

L'équipe accordera une attention particulière aux étudiants de première génération, c'est-à-dire ceux dont les parents n'ont pas connu les études postsecondaires. «On pense souvent que ces étudiants sont plus à risque de décrocher, poursuit Pierre Doray. Nos recherches vont nous permettre de voir si c'est bien vrai, et dans quelle mesure.»

L'équipe s'est engagée à produire onze notes de recherche au cours des trois prochaines années, pour divulguer ses constats. Mais elle ne s'en tiendra pas là. En plus de l'équipe de recherche, une équipe de transfert a été mise sur pied. Pilotée par Pierre Chénard, registraire à l'Université de Montréal, elle aura pour mandat d'organiser des ateliers d'échanges, des tables rondes, des communautés de pratique ou encore des bulletins d'information pour permettre aux décideurs de s'approprier les résultats. «Nous voulons que les recherches servent de façon concrète, insiste Pierre Doray. Nous voulons, par exemple, aider les professeurs et les administrateurs à identifier quels étudiants sont le plus à risque au sein de leurs institutions, pour les aider à prendre les mesures nécessaires.»

Une troisième équipe, celle des conseillers, sera intégrée au projet. Elle sera dirigée par Réjean Drolet, de la CRÉPUQ, et réunira une dizaine d'experts des milieux universitaire, collégial et gouvernemental. Le rôle des conseillers consistera à suivre toutes les étapes du projet pour s'assurer qu'il réponde aux questions les plus pertinentes pour le milieu de l'éducation.

«Cette initiative permettra de mieux comprendre les trajectoires de l'enseignement supérieur, dit Pierre Doray. Elle aidera aussi à affiner les outils de transfert de connaissances. En ce sens, je pense que le projet est complet.»

PARTAGER