Des étudiants de l'École de langues s'envolent aux quatre coins du monde afin de se perfectionner

1 Septembre 2010 à 19H08

Une quinzaine d'étudiants de l'École de langues, qui se sont distingués par l'excellence de leur dossier académique, partiront cet automne en Europe, en Asie ou au Mexique afin de se perfectionner dans leurs études. Ces étudiants ont obtenu des bourses de montant variables leur permettant de financer leur séjour à l'étranger. «En ces temps de mondialisation, la course à l'obtention d'une bourse est difficile, puisque les candidats sont nombreux à se bousculer au portillon», indique la maître de langue Christel Keller-Segovia, directrice du regroupement des langues et cultures étrangères à l'École de langues.

Voici un aperçu des étudiants qui perfectionneront leur apprentissage d'une langue étrangère :

  • Six étudiants se rendront en Allemagne durant une année grâce à une bourse du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) dans le cadre du Programme d'assistants de langue française. Il s'agit de Marie-Ève Beaulieu, Marie-Julie Desrochers, Léonie Desrosiers, Zakaria Ennemiri et Francis McNicoll et Céline Saint-Julien;
  • Quatre étudiants se retrouveront en Chine. Nathalie Barette deviendra assistante de langue française à l'Université de langues et cultures de Beijing (BLCU); Francis Dostie et Pascal Martel ont reçu une bourse du MELS pour étudier à la BLCU pendant un an; Sébastien Méthot-Lambert a obtenu une bourse de la Ville de Beijing pour entreprendre un baccalauréat de quatre ans en langue chinoise, également à la BLCU;
  • Cinq étudiants des cours et des programmes d'espagnol ont obtenu la bourse du MELS pour aller à l'Université de León, au Mexique. Il s'agit de Denis Charbonneau, Mélissa Angelot, Viviane Raya, Chloé Charbonnier et Josée Gascon;
  • Sept autres étudiants du certificat en langues et cultures arabes ont également obtenu une bourse du MELS et sont de retour au  Québec après leurs séjours à l'Institut Bourguiba des Langues Vivantes à Tunis, en Tunisie. Il s'agit de Philippe Dussault-Plamondon, Julien Vesselle, Alexandre Cormier-Denis, Emmanuel Dupui-Hébert, Mélissa Jaramillo-Roméro et Roberto-Israel Martinez-Guevara.

«Puisqu'il s'agit pour la plupart d'étudiants qui partiront bientôt pour le marché du  travail et qui visent une carrière en enseignement, ce genre d'expérience est inestimable, poursuit Mme Keller-Segovia. Après une année, les barrières n'existent plus, ils parlent couramment  la langue, connaissent la culture et sont ensuite bien outillés pour affronter leur vie professionnelle. Ces 22 boursiers de l'École de langues démontrent que partir à  l'étranger est tout à fait réalisable!»

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE