L'UQAM attribue à Gilles Dostaler le statut de professeur émérite à titre posthume

18 Octobre 2011 à 14H48

Benoît Bazoge, vice-doyen aux études, Ginette Legault, doyenne de l’ESG UQAM, Marielle Cauchy, veuve de Gilles Dostaler, Claude Corbo, recteur, Guy Cucumel, vice-doyen à la recherche et Stéphane J. Pallage, directeur du Département d’économie Le Conseil d'administration de l'UQAM a attribué le statut de professeur émérite à Gilles Dostaler, à titre posthume. Un certificat a été remis à son épouse et un hommage lui a été rendu lors de la collation des grades de l'École des sciences de la gestion, le 16 octobre dernier. Par ce geste, l'Université a voulu exprimer sa gratitude envers un économiste de réputation internationale dont les travaux ont contribué de façon importante à l'avancement de l'histoire de la pensée économique.

Décédé en février 2011, Gilles Dostaler était professeur à l'UQAM depuis 1975. Il avait d'abord enseigné au Département de sociologie jusqu'en 1979, puis au Département des sciences économiques. Il passionnait ses étudiants et fut reconnu comme l'un des meilleurs professeurs de l'UQAM et de son École des sciences de la gestion qui lui a décerné, en 2007, le Prix de la recherche – volet Carrière.

Auteur d'une centaine de publications, Gilles Dostaler s'intéressait principalement à l'histoire de la pensée économique au 20e siècle, au keynésianisme et au néolibéralisme, En 2005, il a été finaliste au prix du Gouverneur général du Canada pour son ouvrage Keynes et ses combats (Albin Michel, 2005). Il a aussi écrit Libéralisme de Hayek (La Découverte, 2001) et coécrit, entre autres, Capitalisme et pulsion de mort (Albin Michel, 2009), La pensée économique depuis Keynes : historique et dictionnaire des principaux auteurs (Paris, Seuil, 1993), ainsi que Socialisme et indépendance (Boréal, 1980). Ses travaux et ses publications ont connu un rayonnement mondial et ont été traduits dans plusieurs langues, notamment en anglais, portugais, espagnol, vietnamien, japonais et arabe.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE