Inauguration du Centre de recherche en éducation et formation relatives à l'environnement et à l'écocitoyenneté

22 Octobre 2012 à 15H21

Le Centre de recherche en éducation et formation relatives à l'environnement et à l'écocitoyenneté (Centr'ERE) dirigé par la professeure Lucie Sauvé, du Département de didactique, a été inauguré le 19 octobre dernier. L'événement a eu lieu en présence de représentants des partenaires majeurs du Centre qui regroupe actuellement des chercheurs de cinq institutions universitaires, soit l'UQAM, l'Université du Québec à Rimouski, l'Université Laval, l'Université de Sherbrooke et le Muséum d'histoire naturelle de Paris.

Le Centr'ERE s'inscrit dans le prolongement des travaux de la Chaire de recherche du Canada en éducation relative à l'environnement créée en 2001, dont Lucie Sauvé a été la titulaire pendant dix ans. «Ce nouveau Centre de recherche en éducation et formation relatives à l'environnement et à l'écocitoyenneté permettra de renforcer l'expertise développée et d'en soutenir l'essor comme cela a été accompli au cours des dernières années, a déclaré le vice-recteur à la Recherche et à la création, Yves Mauffette. Une telle structure de recherche est unique dans la Francophonie. Il s'agit, en effet, du seul centre de recherche universitaire consacré à l'éducation relative à l'environnement formellement constitué au Canada.»

La programmation de recherche envisagée pour le Centre aura pour but de contribuer à l'enrichissement et au déploiement d'une éducation relative à l'environnement axée sur l'écocitoyenneté, attentive au contexte de la mouvance sociétale contemporaine.

«Les objectifs du centre répondent à une double problématique, d'ordre socio-écologique et éducatif, précise Lucie Sauvé. La montée récente de nombreux mouvements sociaux, ici comme dans les différentes régions du monde, témoigne de la vague de fond qui a pris force en faveur du «bien commun» et de l'équité socioécologique, et pour stimuler l'émergence d'autres modes de «développement». Ces mouvements se caractérisent par la mise en évidence du caractère structurel des problèmes de société et d'environnement, par un désir de démocratie participative et par l'appel à l'engagement citoyen. Or, l'éducation, et plus spécifiquement  l'éducation relative à l'environnement, peut être un levier majeur d'une telle dynamique démocratique, en contribuant à clarifier ses fondements et en favorisant l'efficacité de ses stratégies.»

PARTAGER