Michel Lizée admis au Cercle d'excellence de l'Université du Québec

29 Août 2012 à 15H41

Michel Lizée, coordonnateur au Service aux collectivités de l'UQAM, a été admis hier au Cercle d'excellence de l'Université du Québec. Cette reconnaissance symbolique est décernée à une personne dont le travail et la performance méritent d'être soulignés publiquement.

Détenteur d'un baccalauréat en sciences économiques de l'UQAM et d'une maîtrise en économie politique de l'Université Carleton, Michel Lizée a été embauché en 1972 à titre d'agent de recherche pour étudier les possibilités d'une collaboration entre l'Université et les organisations syndicales afin d'offrir des activités de formation aux travailleurs syndiqués. Son travail a mené à la signature en 1976, par l'UQAM et les centrales syndicales, d'un protocole d'entente sur la formation syndicale et la recherche, lequel est toujours en vigueur.

Michel Lizée a été coordonnateur au Service de l'éducation permanente créé en 1975. Ce service a élaboré avec des professeurs et des partenaires externes (syndicats, groupes de femmes, groupes communautaires) la Politique des services aux collectivités adoptée par l'UQAM en 1979. Cette politique institutionnelle demeure une initiative universitaire unique axée sur la démocratisation du savoir et la mobilisation des connaissances en partenariat avec des communautés qui n'ont pas accès traditionnellement à l'Université.

M. Lizée a aussi été membre du comité de retraite de l'Université du Québec pendant plusieurs années et il a été élu président du syndicat des employés et employées de l'UQAM (SEUQAM) de 1983 à 1988.

La crise des régimes de retraite l'a amené depuis quelques années à jouer un rôle actif dans le débat public pour mettre de l'avant des solutions visant une meilleure sécurité du revenu à la retraite pour l'ensemble de la population. À la demande de la direction du Service de l'éducation de la FTQ, Michel Lizée a appuyé à compter de 2004 une coalition de groupes communautaires et de femmes par un soutien technique qui a débouché sur la mise sur pied le 1er octobre 2008 du Régime de retraite par financement salarial des groupes communautaires et de femmes, un régime inter-entreprises à prestations déterminées regroupant aujourd'hui 3 000 personnes salariées provenant de près de 400 groupes communautaires et de femmes. Ce régime de retraite a gagné en 2008 le prix «Initiative gagnante» décerné par les Comité sectoriel de main-d'œuvre Économie sociale et Action communautaire. En 2010, la revue canadienne Benefits Canada lui décernait son «2010 Plan Sponsor Award» pour son caractère novateur. En dépit de la crise financière actuelle, ce régime est l'un des rares qui était capitalisé et solvable au 31 décembre 2011.

PARTAGER