Paul-André Linteau reçoit la plus haute distinction dans le domaine des sciences humaines au Québec

29 Octobre 2012 à 13H39

Paul-André Linteau, professeur au Département d’histoire depuis 1969, a reçu le 29 octobre le Prix Léon-Gérin, la plus haute distinction conférée par le gouvernement du Québec dans le domaine des sciences humaines. Paul-André Linteau compte parmi les historiens du Québec les plus prolifiques et les plus réputés sur les scènes nationale et internationale.

Les recherches de Paul-André Linteau s’articulent autour de trois lignes de force : l’histoire urbaine, et plus particulièrement l’histoire de Montréal, l’histoire du Québec contemporain et, plus récemment, l’histoire de l’immigration et de la diversité ethnoculturelle au Québec.

Pionnier de l’histoire urbaine et de l’histoire de Montréal
La publication en 1975 de sa thèse de doctorat, Maisonneuve ou comment des promoteurs fabriquent une ville, a été couronnée du prestigieux Prix Sir John A. Macdonald (1981) de la Société historique du Canada et a contribué à faire connaître Paul-André Linteau. Celui-ci est, sans conteste, l’un des fondateurs de l’histoire urbaine au Québec. Il sera plus tard élu président de la Société canadienne d’histoire urbaine. Il a mené de nombreuses recherches sur les élites politiques municipales et les rapports de pouvoir à l’hôtel de ville de Montréal.

Un défricheur de l’histoire du Québec contemporain
Paul-André Linteau est aussi reconnu comme un éminent spécialiste de l’histoire du Québec pour la période postérieure à la Confédération. Sa contribution la plus remarquée a été la publication, en 1979 et en 1986, de l’ouvrage Histoire du Québec contemporain. Réalisée en collaboration avec René Durocher, Jean-Claude Robert et, pour le tome 2, François Ricard, l’œuvre a nécessité une quinzaine d’années de recherche.

Nouvelle histoire de l'immigration
En travaillant sur Montréal, Paul-André Linteau a été sensibilisé très tôt à l’importance de la diversité ethnique et culturelle résultant des vagues successives d'immigration. Il a été l'un des premiers historiens québécois à s'intéresser au visage cosmopolite de Montréal. Il travaille actuellement à une synthèse de l'histoire de l'immigration et de la diversité au Québec.

Une large diffusion des connaissances
Sa production scientifique - une trentaine de livres, plus de 80 articles, une centaine de communications - est exceptionnelle. Certains de ses ouvrages et de ses articles ont été publiés en France, en Italie, en Espagne, en Allemagne, en Roumanie, en Belgique, au Royaume-Uni, aux États-Unis, au Mexique, au Brésil, au Japon et en Inde. Plusieurs de ses travaux ont été traduits non seulement en anglais, mais aussi en espagnol, en italien, en portugais et en roumain.

Au chapitre de la formation, il a dirigé 13 thèses de doctorat et 66 mémoires de maîtrise. Directeur de collections chez Boréal, il a appuyé la publication de 118 ouvrages historiques. Vulgarisateur hors pair, il a participé à maintes initiatives de diffusion des connaissances auprès du grand public : expositions, documentaires, émissions télévisées, reportages dans les médias, guides touristiques. Toutes ces réalisations en ont fait un véritable intellectuel dans la cité.

Paul-André Linteau s'investit grandement, à titre de cochercheur, dans les activités du Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal de l’UQAM, qui vise à consolider les relations entre le monde universitaire et les milieux culturels, associatifs et gouvernementaux intervenant dans les champs de l’histoire et du patrimoine de Montréal.

Tout récemment, un autre projet intitulé « Montréal, plaque tournante des échanges: histoire, patrimoine, devenir », produira de nouvelles connaissances sur le passé métropolitain de Montréal, en misant sur les technologies numériques, en prévision des commémorations d'envergure qui auront lieu en 2017, à l'occasion du 375e anniversaire de la fondation de Montréal et du 150e anniversaire de la Confédération canadienne.

Prix du Québec en innovation sociale

Rappelons que le prix Marie-Andrée-Bertrand en innovation sociale a été attribué pour la première fois à la psychologue Louise Nadeau, professeure titulaire au Département de psychologie de l’Université de Montréal et diplômée du doctorat en psychologie de l’UQAM (1989). Louise Nadeau a acquis une solide réputation en matière de traitement des dépendances et des troubles mentaux. Présidente du conseil d’administration d’Éduc’alcool depuis 2007, la professeure s’est efforcée depuis plus de 30 ans de combattre les préjugés que subissent les femmes en matière de consommation d’alcool et autres substances psychoactives. Elle a publié neuf livres, dont Va te faire soigner, t’es malade, vendu à plus de 30 000 exemplaires, et rédigé 47 chapitres de livres et plus d’une centaine d’articles scientifiques.

PARTAGER