Trois doctorantes de l'UQAM obtiennent la bourse Vanier

12 Juillet 2012 à 15H52

Trois doctorantes ont reçu la plus prestigieuse bourse d'études supérieures au Canada, la bourse Vanier, d'une valeur de 50 000 $ par année pour une durée de trois ans. Il s'agit d'Audrée Wilhelmy et d'Emmanuelle Sirois, doctorantes en études et pratiques des arts, et de Julia Posca, doctorante en sociologie.

Sous la direction de Martine Delvaux, professeure au Département d'études littéraires, et de Gilles Lapointe, professeur au Département d'histoire de l’art, les études doctorales d'Audrée Wilhelmy portent sur les rituels de l’écriture et la place qu’occupent le dessin et l’image dans le processus de création littéraire. Son approche théorique se distingue par un regard pluridisciplinaire et par l’intégration des théories de la création généralement employées dans la recherche en arts visuels. Comme il s’agit d’une thèse-création, la pratique artistique occupe une place prépondérante dans ses recherches. Dans le cadre de son doctorat, elle prévoit publier à l'automne 2013 son deuxième ouvrage, provisoirement intitulé Mausolée, inspiré par les contes Barbe Bleue et Peau d’âne de Charles Perrault.

Son premier récit intitulé Oss, un conte «amoral et cruel», a été publié chez Leméac l’automne dernier. Membre du groupe de recherche FIGURA et du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ), elle est récipiendaire d’une bourse du Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture (FQRSC) qui lui permettra de séjourner à l’Université de Boston, en octobre et novembre prochains, où elle étudiera l’enseignement de la création littéraire.

Emmanuelle Sirois est détentrice d'un master erasmus mundus en étude du spectacle vivant de l'Université libre de Bruxelles et de l'Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, d'une maîtrise en pratiques de recherche et action publique du Centre Urbanisation Culture Société de l’Institut national de la recherche scientifique, ainsi que d'un baccalauréat en animation et recherche culturelles de l'UQAM. Elle est l’auteure et la co-auteure de deux études de cas parues dans l’ouvrage intitulé Médiation culturelle : Le sens des mots et l’essence des pratiques, publié aux Presses de l’Université du Québec.

Passionnée par les arts vivants, Emmanuelle Sirois est également cofondatrice de l'UPop Montréal, une université populaire implantée dans différents quartiers de la métropole, et travaille avec un collectif international et interdisciplinaire de recherche et de création à la mise en performance de la pensée vivante. Elle entamera un doctorat en études et pratiques des arts en janvier 2013.

Julia Posca est l'auteure d'un mémoire de maîtrise portant sur les processus économiques et politiques ayant participé à l’émergence de la classe moyenne nord-américaine au début du 20e siècle. La doctorante s’intéresse maintenant à l’articulation entre les représentations, les identités et l’économie politique dans les sociétés capitalistes actuelles. Sa thèse, sous la direction d’Éric Pineault, professeur au Département de sociologie, s'intitule : «La classe moyenne à l’épreuve de la financiarisation : regard sur le rapport culture/économie à travers l’analyse du phénomène de l’endettement des ménages canadiens de 1975 à aujourd’hui.» Cette recherche examine dans quelle mesure la classe moyenne est affectée par la flexibilisation du travail et la contrainte à l’endettement.

Depuis 2005, Julia Posca fait partie du Collectif d’analyse de la financiarisation du capitalisme avancé (CAFCA), une composante de la Chaire de recherche en mondialisation, citoyenneté et démocratie. Elle collabore, depuis 2010, à un projet de recherche partenariale chapeauté par le Service aux collectivités de l’UQAM, dans le cadre duquel elle a mis sur pied deux formations portant sur l’économie, les finances publiques et les modèles économiques alternatifs pour le compte de deux centrales syndicales québécoises. Elle travaille également à l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) en tant que chercheuse.

Rappelons que deux doctorantes de l'UQAM ont reçu la Bourse Vanier l'an dernier, cinq l'ont obtenu en 2010 et trois en 2009, ce qui place l'UQAM parmi les quatre premières universités québécoises.

Créé par le gouvernement canadien en septembre 2008, le Programme de bourses d'études supérieures du Canada Vanier vise à attirer et à retenir au Canada des doctorants de classe mondiale qui démontrent des compétences en leadership et qui ont obtenu d'excellents résultats dans leurs études supérieures.

PARTAGER