Lire sur le FIL

Des Uqamiens proposent des installations qui feront le bonheur des étudiants, des flâneurs et des amoureux des livres.

23 Septembre 2013 à 15H10

Photo
Les loups de l'installation After Babel / A Civic Square font partie du déambulatoire littéraire. Photo: Nathalie St-Pierre

Les deux loups de l'installation After Babel / A Civic Square, des sculpteurs canadiens John McEwen et Marlene Hilton-Moore, que l'on retrouve dans le Quartier des spectacles, sont habillés ces jours-ci de costumes rouges. De même, les arbres du boulevard de Maisonneuve, entre les rues Saint-Denis et Saint-Urbain, le long de la piste cyclable, affichent de petits écriteaux de couleur rouge sur lesquels on peut lire des extraits du conte Le Petit Chaperon rouge. Ces éléments composent un parcours littéraire imaginé par Patsy Van Roost, chargée de cours à l'École de design, dans le cadre du Festival international de la littérature. «Lorsque j'ai aperçu l'église au toit rouge et les loups, au cours d'une balade dans le Quartier des spectacles, j'avais entre les mains la trame du parcours littéraire, raconte cette diplômée du D.E.S.S. en design d'événements. Les arbres le long de la piste cyclable forment quant à eux la forêt dans laquelle se déroule le conte! Tout était en place pour mettre en scène le Petit chaperon rouge.» Mieux connue sous son pseudonyme de «Fée du Mile-End», la jeune femme a réalisé plusieurs interventions urbaines à saveur littéraire, dont une version du conte La petite fille aux allumettes. En 2012, durant la période de Noël, l'artiste avait déposé chaque jour des pages du conte dans des boîtes aux lettres de résidants de son quartier.

Photo
Patsy Van Roost. Photo: Nathalie St-Pierre

Intitulé «Tire la chevillette, la bobinette cherra», le déambulatoire littéraire, qui relie les deux autres sites du festival (conçus également par des Uqamiens), offre non pas une mais deux versions du conte du Petit Chaperon rouge, soit celle de Perreault (1698) et celle des frères Grimm (1857). «Il suffit de suivre les panneaux numérotés pour prendre connaissance de l'histoire, explique Patsy Van Roost. Une version virtuelle du parcours, plus participative, permet de réécrire l'histoire à son goût.» On peut faire le parcours seul ou en famille. «L'idée, c'est de raconter une histoire sur la place publique. C'est comme si on lisait un livre en marchant, sauf que ce dernier est dispersé dans la ville», illustre la chargée de cours.

Photo
Le Quartier littéraire. Photo: Nathalie St-Pierre

Quartier littéraire

Le Quartier littéraire du FIL s'installe au Parterre du Quartier des spectacles, à deux pas de la nouvelle salle de l'Orchestre symphonique de Montréal. Réalisée par les étudiants Cécile Bernard, Odile Joron, Eve Lamoureux-Cyr, Marine Ledoux-Lebard et Anne-Laure Siat, du D.E.S.S. en design d'événements, sous la direction technique de Kathleen Gagnon, l'installation représente un quartier entièrement dédié à la littérature, la lecture et l’écriture. De larges conteneurs blancs ont été aménagés en bibliothèque où l'on peut consulter des livres sur des étagères, des bacs ou des présentoirs. De confortables bancs permettent de s'installer pour lire ou flâner. Sur le toit de cette bibliothèque, dont une section est réservée aux enfants, une terrasse sert de scène pour des animations et autres performances littéraires. L'installation, qui comprend également un bistro, une chambre à coucher et un autobus, aménagés avec du vrai mobilier, rappelle le décor du film Dogville, du réalisateur danois Lars von Trier. «Les installations du Quartier des spectacles et de la Place Pasteur ont une double fonction. Elles servent à la fois de supports pour des présentations littéraires ou théâtrales et d'espaces publics où il est possible par exemple de se reposer ou de lire», explique la professeure Céline Poisson, de l'École de design, qui a dirigé les étudiants dans le cadre d'un cours du D.E.S.S. en design d'événements.

Photo
Le Pavillon littéraire. Photo: Nathalie St-Pierre

Pavillon littéraire

Le Pavillon littéraire de la Place Pasteur, qui reprend certains des éléments de l’aménagement du Quartier littéraire (tracés au sol, bacs à livres), se veut une réplique d'un pavillon de l'UQAM. On y retrouve des bancs, une salle de lecture, une salle de réunion et des balcons pourvus de garde-corps, dont les détails architecturaux, faits de livres et de papiers, rappellent ceux du pavillon Athanase-David situé derrière la Place Pasteur. Véritable lieu d’échanges, de passage ou de repos, l'installation invite les festivaliers et la communauté universitaire à s’approprier de nouveau cet espace public en plein cœur du Quartier latin. Le pavillon éphémère, qui restera en place jusqu'en novembre, a été réalisé par les étudiants Pauline Arnaud, Xavier Coulombe-Murray, Odile Joron, Eve Lamoureux-Cyr et Isabelle Raymond, du D.E.S.S. en design d'événements.

Le Festival international de la littérature prend fin le 29 septembre.

PARTAGER