Vers un troisième championnat?

L'équipe de badminton des Citadins a perdu de bonnes joueuses, mais elle espère conserver son titre de championne.

4 Novembre 2013 à 11H25

Photo
Philippe Gaumond et Rachel Blanchard. Photo: Nathalie St-Pierre.

En mars 2012, l'équipe de badminton des Citadins fut la première équipe de l'UQAM, tous sports confondus, à remporter un titre national. Et la troupe de l'entraîneuse-chef Valérie St-Jacques a remis ça l'année suivante! Couronnés champions provinciaux et canadiens au cours des deux dernières années, les Citadins devront trimer dur afin de récolter un troisième titre consécutif.

L'équipe de l'UQAM, qui compte 16 garçons et 9 filles, doit composer avec la perte de trois joueuses expérimentées – Roxane Fraser, Catherine Girouard et Valérie St-Jacques – qui ont participé aux conquêtes des championnats par équipe mixte au cours des deux dernières années. «Nous avons plusieurs nouveaux membres dans l'équipe et il faut s'adapter», reconnaît l'entraîneuse-chef, qui a obtenu son diplôme de maîtrise en gestion de projet. «J'ai eu beaucoup de pression de la part de mes coéquipiers pour poursuivre mes études au doctorat et jouer au badminton, mais j'ai assez donné», ajoute-t-elle en riant.

Malgré la perte de profondeur du côté féminin, Valérie St-Jacques vise le championnat provincial par équipe mixte, et une place parmi les trois premiers clubs au championnat canadien. «Nous visons aussi la première place du championnat masculin et la troisième place du championnat féminin», note l'entraîneuse, qui en est à sa cinquième saison à la barre de l'équipe.

Deux formats de tournois

Le calendrier de badminton n'est pas évident pour les non-initiés. Voici les deux types de formats de tournois, pour lesquels il y a des championnats différents.

Tournoi par équipe mixte
Les deux équipes qui s'affrontent disputent un simple masculin, un simple féminin, un double masculin, un double féminin et un double mixte. L'équipe gagnante est celle qui a remporté le plus de duels (5-0, 4-1 ou 3-2).

Tournoi par équipe masculin et féminin
Les résultats des matchs masculins et féminins sont indépendants. Trois simples masculins et deux doubles masculins déterminent le gagnant d'un affrontement face à une autre équipe. Trois simples féminins et deux doubles féminins déterminent le gagnant d'un affrontement exclusivement féminin.

Une saison bien amorcée

Les objectifs de l'entraîneuse-chef semblent relever du domaine du possible. Lors de la première compétition de la saison (par équipe mixte), le 5 octobre dernier, les Citadins ont terminé au troisième rang. Et lors de la deuxième compétition (par équipe masculine et féminine), les 19 et 20 octobre, les joueurs de l'UQAM ont terminé au premier rang en remportant 34 de leurs 35 matchs. Les filles ont terminé au troisième rang.

Philippe Gaumond

Photo
Philippe Gaumond. Photo: Nathalie St-Pierre.

L'un des joueurs à surveiller du côté masculin est Philippe Gaumond. L'étudiant en kinésiologie en est à sa deuxième année et demie avec les Citadins. «Il a beaucoup de talent et de l'expérience sur la scène canadienne et internationale, note son entraîneuse. C'est un leader qui partage cette expérience avec les autres joueurs de l'équipe. Il excelle en double mixte et en simple masculin, notamment face à nos rivaux de l'Université de Montréal.»

Originaire de Saint-Hyacinthe, Philippe Gaumond pratique le badminton depuis l'âge de 12-13 ans. «J'ai débuté à l'école secondaire pour le plaisir, le matin et à midi, raconte-t-il. Puis j'ai intégré un club et j'ai participé à des tournois.» Il a rapidement pris conscience de son talent et a intégré les rangs de l'équipe du Québec dès 2004.

L'aspect technique et stratégique du badminton lui rappelle les échecs, un loisir qu'il a pratiqué longtemps. «Je peux faire courir un adversaire dans tel coin du terrain en prévision de mes prochains coups, illustre-t-il. En fait, c'est ce qui m'a fait aimer le badminton: tout le monde peut y tirer son épingle du jeu, peu importe son physique. La stratégie est primordiale.»

Il était spécialisé en simple, jusqu'à ce qu'une entorse lombaire le tienne à l'écart du jeu pendant six mois en 2010. «À mon retour, j'ai apprivoisé le jeu en double, moins exigeant physiquement. Depuis, j'ai livré mes meilleures performances à vie en double», dit-il. Son partenaire de jeu cette année est Maxime Bélanger, un ancien joueur et entraîneur des Carabins de l'Université de Montréal.

Les Citadins ont de la pression cette année, reconnaît-il. «Nous avons une belle et bonne équipe. Mais ce sera plus difficile, car Valérie (St-Jacques) ne joue plus et c'était la meilleure joueuse du circuit», précise-t-il.

Rachel Blanchard

Photo
Rachel Blanchard. Photo: Nathalie St-Pierre.

Étudiante à la maîtrise en orthopédagogie, Rachel Blanchard en est à sa cinquième année avec les Citadins. «C'est une joueuse expérimentée et très calme, toujours en contrôle, souligne Valérie St-Jacques. Je peux compter sur elle pour livrer la marchandise dans les moments les plus stressants, comme il y a deux ans, lorsqu'elle a remporté le match ultime aux championnats canadiens.»

Originaire de Drummondville, Rachel Blanchard a appris à jouer au badminton avec son père vers l'âge de 10 ans. «Je suis la plus jeune de trois enfants et j'avais vu mon frère et ma sœur être initiés au badminton. J'avais hâte que ce soit mon tour!», se rappelle-t-elle en riant.

Son père avait créé un club, où elle s'est rapidement aperçue qu'il lui faudrait progresser pour arriver à remporter des matchs. «Je n'étais pas très bonne, confie-t-elle. C'est à l'école secondaire, quelques années plus tard, que je suis devenue meilleure.»

Après un déménagement dans la région de Mont-Saint-Hilaire, elle a fait la rencontre de Philippe Gaumond. «Je connais Philippe depuis l'âge de 13 ans, car nous nous entraînions au même club à Saint-Hyacinthe», précise-t-elle.

Aujourd'hui, les deux sont coéquipiers et espèrent remporter un troisième championnat provincial. Pour Rachel Blanchard, il s'agirait d'un quatrième championnat provincial, car elle était avec le club lors de la conquête du championnat par équipe mixte en 2009-2010. «Je ne suis pas inquiète pour les gars, ils sont très forts cette année, mais ce sera plus difficile du côté féminin», conclut celle qui joue autant en simple qu'en double et en double mixte.

Les prochaines compétitions

16-17 novembre : compétition par équipe masculine et féminine à l'UQAC

25 janvier : compétition par équipe mixte à l'Université de Montréal

15 février : championnat provincial par équipe masculine et féminine à l'Université Laval

8-9 mars: championnat provincial par équipe mixte et individuel à l'Université de Sherbrooke

PARTAGER