Prix du Gouverneur général

Le professeur René Lapierre et les diplômées Isabelle Arsenault et Sophie Voillot sont primés dans les catégories Poésie, Jeunesse-Illustration et Traduction.

14 Novembre 2013 à 16H41

Photo
René Lapierre.

Est-ce bien un recueil de poèmes ? Les titres des sections du livre – Catalogue de fleurs, Herbier un, Herbier deux – font plutôt penser à un traité de botanique. Dans Pour les désespérés seulement, paru aux éditions Herbes rouges, le professeur du Département d'études littéraires René Lapierre nous entretient du vertige de vivre, de la beauté fragile et des espèces menacées. Par petites touches, le poète fait éclore le sens, laissant le lecteur plus enivré que désespéré. Après le prix de poésie Estuaire et le prix de poésie Alain-Grandbois 2013, c'est le troisième honneur en quelques mois que reçoit René Lapierre pour ce recueil.

En plus de nombreux recueil de poésie, le professeur est l'auteur de sept essais et de deux romans. Ancien directeur de la revue Liberté et spécialiste de l'oeuvre d'Hubert Aquin, il est membre du Centre de recherche Figura sur le texte et l'imaginaire. Ses domaines de spécialisation concernent notamment l'esthétique et les théories de la création, la théorie des formes et la poésie contemporaine.

Photo
Isabelle Arsenault.

Pour ses illustrations de Jane, le renard et moi (La Pastèque), un album conçu avec l'auteure Fanny Britt, Isabelle Arsenault (B.A. design graphique, 2002), remporte un troisième prix littéraire du Gouverneur général. Ce roman graphique explore la méchanceté de certains enfants et le regard cruel que l'on porte parfois sur soi, ainsi que le refuge et les possibilités infinies qu'offre la lecture d'un roman dans lequel on peut oublier le monde qui nous entoure. Isabelle Arsenault a un style bien à elle, au service du texte, où les couleurs froides et les traits économes n'en suscitent pas moins l'émotion.

Dans sa version anglaise publiée chez Groundwood, Jane, le renard et moi est entré dans la liste très prisée des 10 meilleurs livres illustrés de 2013 du New York Times Book Review. Il a aussi été couronné du Prix jeunesse des bibliothèques de Montréal.

Photo
Sophie Voillot.

Sophie Voillot (Certificat en français écrit, 1991) a été récompensée pour sa traduction française de Far to go d'Alison Pick, parue sous le titre L'enfant du jeudi, chez Boréal. Elle a su traduire ce roman de la mémoire avec fluidité et transparence. Par sa subtilité, sa maîtrise de la langue et son sens poétique, Sophie Voillot a transposé la sensibilité de l'auteure pour rendre accessible aux lecteurs francophones une réalité historique difficile à imaginer.

La traductrice a déjà remporté deux autres prix littéraires du Gouverneur général, dans la même catégorie, pour Un jardin de papier, de Thomas Wharton, en 2006, et pour Le cafard, de Rawi Hage, en 2010.  

 

PARTAGER