Claude Corbo et trois diplômées sont admis à l'Ordre national du Québec

4 Juin 2013 à 16H35

Claude Corbo, ancien recteur de l'UQAM, ainsi que les diplômées Nicole Brossard (B.E.S. secondaire, 1971), Lise Denis (M.B.A., 1980) et Louise Lemieux Bérubé (B.A. histoire de l'art, 1983) comptent parmi les 33 personnes qui ont été admises, le 3 juin dernier, à l'Ordre national du Québec, la plus prestigieuse reconnaissance décernée par l’État québécois. Ils ont été nommés respectivement officier et chevalières de l'Ordre.

Claude Corbo a occupé divers postes de gestionnaire à l'UQAM, dont celui de recteur, parallèlement à son activité professorale au sein du Département de science politique. Son premier rectorat (1986-1996) fut marqué par trois éléments majeurs : le développement du campus, l’octroi à l’UQAM du statut d’«université associée» au sein du réseau de l’Université du Québec et la croissance des programmes d’études supérieures et de la recherche. Quant à son second rectorat (2008-2013), il a été axé sur la relance de l’Université, à un moment où celle-ci traversait une grave crise financière. Auteur de nombreux ouvrages traitant autant d'éducation que de politique, Claude Corbo a œuvré à la démocratisation du savoir. Il s’est également beaucoup investi dans la vie socioéconomique et culturelle de Montréal. En plus de recevoir plusieurs distinctions académiques, dont un doctorat honorifique de l'Université McGill (1996), l'ancien recteur a notamment été choisi Grand Montréalais de l'avenir dans le domaine de l'enseignement (1983) et a été nommé Officier de l'Ordre national du Mérite de France (1990). En 2010, il a été élu à l'Académie des sciences sociales (division francophone) de la Société royale du Canada.

La poète et romancière Nicole Brossard est une figure de proue au Québec de l'écriture féministe. Auteure prolifique et originale, dont les écrits sont connus internationalement, elle a contribué à redéfinir la poésie québécoise dans les années 1970. Fondatrice du journal féministe Les Têtes de pioche (1976-1979) et de la revue La Nouvelle Barre du jour (1977), elle a remporté deux fois le Prix du Gouverneur général (1974 et 1984), dans la catégorie poésie, ainsi que le Prix du Québec Athanase-David (1991). Incapable de séparer l'art de la vie, Nicole Brossard n'a cessé de s'interroger sur l'acte poétique et la liberté artistique. À travers sa poésie et ses romans, elle explore le lien qui unit l'espace mental, le corps et la réalité. Sa pensée a laissé des empreintes dans le féminisme et la culture lesbienne de la seconde moitié du XXe siècle.

Conseillère spéciale en santé chez TACT Intelligence-conseil, Lise Denis est une gestionnaire reconnue dans la haute fonction publique québécoise. Elle a travaillé pendant plus de 35 ans dans les secteurs public et parapublic, notamment dans les domaines du développement régional, de l'habitation, de l'éducation, de la santé et des services sociaux. À la fin des années 90, elle a occupé le poste de sous-ministre au ministère de la Santé et des Services sociaux et au ministère des Régions, ainsi que celui de Protecteur des usagers en matière de santé et de services sociaux. Au cours des sept dernières années, elle a été directrice générale de l’Association québécoise d’établissements de santé et de services sociaux (AQESSS) et en a fait un organisme solide, influent et crédible au Québec.  

Depuis une trentaine d’années, Louise Lemieux Bérubé exerce un métier peu commun : celui de tisserand. Connue internationalement pour ses créations textiles assistées par ordinateur, elle exploite abondamment les nouvelles technologies de tissage jacquard, qu’elle enseigne à des élèves de niveau collégial et à des artistes provenant de plusieurs pays. Louise Lemieux Bérubé préside actuellement le conseil d’administration du Centre culturel Henri-Lemieux, qu’elle a contribué à créer en 1986 lorsqu’elle était conseillère municipale (1983-1995) à LaSalle. Durant ses douze années de vie politique, elle a réussi, avec d'autres, à donner une forte résonance artistique et culturelle à cette ville, devenue aujourd'hui un arrondissement.

René Malo a aussi été admis à l'Ordre national du Québec, à titre de chevalier, quelques jours après avoir reçu un doctorat honorifique de l'UQAM. Durant sa carrière cinématographique, il a produit plus de 25 longs métrages et en a distribué quelque 2 000 par l’intermédiaire de ses sociétés. Défenseur du Québec dans le domaine audiovisuel, il a longtemps milité pour le cinéma d’ici, particulièrement de 1980 à 1995. Son action a alors porté ses fruits : Québec a adopté la déterminante Loi sur le cinéma, Ottawa a mis en place un dispositif de crédits d’impôt pour la production et Téléfilm Canada a créé des fonds de soutien à la production et à la distribution. Depuis plus de 15 ans, René Malo s’occupe de sa fondation de bienfaisance éponyme, tout en conservant un pied dans le milieu du cinéma.

Les récipiendaires seront décorés par la première ministre Pauline Marois lors d’une cérémonie qui se déroulera à la salle du Conseil législatif de l’hôtel du Parlement, le jeudi 6 juin 2013.

PARTAGER