Léa Pool est décorée de l'Ordre du Canada

Le chapeau de ma nouvelle devrait apparaître maintenant.

2 Juillet 2013 à 14H33

La diplômée et cinéaste Léa Pool (B.Sp. communication, 1978) a été nommée membre de l'Ordre du Canada 2013 pour ses réalisations en tant que réalisatrice et scénariste de films qui lui ont valu une renommée internationale. Créé en 1967, l'Ordre du Canada est l'une des plus prestigieuses distinctions honorifiques civiles au pays. Cette année, 74 personnes ont été décorées de l'ordre du Canada, à titre d'officier ou de membre.

Au fil des ans et des réalisations, Léa Pool s'est imposée comme l'une des grandes cinéastes d'ici. Son oeuvre très personnelle, empreinte d'émotion, a été saluée tant par le public que par la critique. Arrivée au cinéma un peu par hasard, la réalisatrice a d'abord été institutrice dans son pays d'origine, la Suisse, avant de s'établir au Québec et de bifurquer vers les communications, puis vers le cinéma.

Tout au long de sa carrière, Léa Pool a placé la quête de l'identité,  plus particulièrement celle des femmes, au cœur de sa démarche. La qualité de son travail a été saluée dans de multiples festivals, chacun de ses films, qu'il relève du domaine de la fiction ou du documentaire, récoltant un ou plusieurs prix : le prix du meilleur film canadien du Festival international de films de Toronto et le prix de la presse internationale du Festival des films du monde de Montréal pour La Femme de l'hôtel (1984); le Prix du public au Festival des films de femmes de Créteil à Paris pour Anne Trister (1986); le Prix spécial du jury œcuménique du 49e Festival international de Berlin pour Emporte-moi (1998); le prix Jutra du film s'étant le plus illustré hors Québec pour Maman est chez le coiffeur (2009), etc.

Nommée chevalier de l'Ordre des Arts et Lettres de France en 1994, Léa Pool a aussi remporté, en 2006, le prix du Québec Albert-Tessier pour l'ensemble de sa carrière et le prix des Femmes de mérite du Y des femmes. L'UQAM lui a remis un Prix d'excellence Émergence (1993) et un Prix Reconnaissance (2006).

 

PARTAGER