L'Institut des sciences de l'environnement célèbre 40 ans de formation supérieure en environnement

3 Mai 2013 à 13H45

Des professeurs, des chargés de cours, des professeurs associés, des diplômés et des étudiants de l'Institut des sciences de l'environnement (ISE) se sont réunis, le 30 avril dernier, à l'occasion des 40 ans du programme de maîtrise et des 25 ans du programme de doctorat en sciences de l'environnement. Quelque 170 personnes étaient présentes lors de la soirée qui s'est déroulée au Cœur des sciences.

«L'UQAM a été une pionnière en matière d'environnement en créant, dès 1973, la maîtrise en sciences de l'environnement et, en 1987, le premier doctorat en environnement au Canada, a rappelé René Côté, vice-recteur à la Vie académique, dans son allocution. Au fil des ans, notre Université a développé une approche caractéristique qui se veut à la fois multidisciplinaire et multisectorielle, qui mise sur la souplesse de l'encadrement structurel et la volonté d'associer les méthodes, les savoirs et les pratiques au-delà des enceintes purement disciplinaires.»

L'ISE a formé à ce jour 1 200 étudiants à la maîtrise et 250 docteurs en sciences de l'environnement. «Ces diplômés sont devenus, pour la plupart, des acteurs importants, influents même, au sein des agences et des ministères des gouvernements canadien et québécois, au sein d'administrations municipales, ou dans des cégeps et des universités. D'autres œuvrent à l'UQAM, ou sont parties prenantes de petites et grandes organisations», a souligné le vice-recteur.

Laurent Lepage, directeur de la maîtrise en sciences de l'environnement, Marc Lucotte, directeur du doctorat en sciences de l'environnement, et Louise Vandelac, directrice de l'ISE, ont également pris la parole lors de la célébration. Les diplômés Coralie Deny (M. Sc. sciences de l'environnement, 2001), directrice générale du CRE de Montréal, et Jean Lebel (B. Sc. biologie, 1986; Ph.D. sciences de l'environnement, 1997), directeur par intérim de la direction générale des programmes et partenariats du Centre de recherche en développement international (CRDI), ont vanté pour leur part l'interdisciplinarité de l'UQAM et son caractère unique dans le réseau universitaire québécois. 

Organisée par les directions de programmes de cycles supérieurs en sciences de l'environnement, et animée par Anne Samson, coordonnatrice des programmes à l'ISE, la fête avait également pour objectif de renforcer le réseau de contacts entre les diplômés, les enseignants, les étudiants et les partenaires des milieux publics, parapublics, privés et ceux des ONG, où plus de la moitié des étudiants de maîtrise réalisent des stages en milieu de travail.

PARTAGER