Une force mathématique

L'Institut des sciences mathématiques met en commun l'expertise de huit universités québécoises.

22 Janvier 2014 à 16H00

Photo
Illustration: Gérard Dansereau.

Le ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, Pierre Duchesne, a annoncé le 22 janvier qu'il accorde à l'UQAM, pour l'Institut des sciences mathématiques (ISM), une aide financière totalisant 987 000 $ pour les trois prochaines années universitaires. Cette subvention permettra à l'ISM de poursuivre sa mission et ses activités, qui portent non seulement sur la coordination de la recherche en mathématiques, mais également sur la promotion des sciences mathématiques et le développement de la culture scientifique.

L'Institut des sciences mathématiques regroupe les huit universités québécoises dotées d'un département de mathématiques et statistiques, soit les universités Bishop's, Concordia, Laval, McGill, les universités de Montréal et de Sherbrooke, l'Université du Québec à Trois-Rivières et l'UQAM. Cette dernière a été mandatée par les membres pour administrer l'Institut. Christian Genest, professeur à l'Université McGill, est actuellement le directeur de l'ISM.

«Il est primordial pour le Québec d’innover dans toutes les sphères de l’enseignement supérieur. Or, les mathématiques sont le dénominateur commun de la plupart des sciences. L’approfondissement de nos connaissances dans ce domaine profite donc à une foule de disciplines scientifiques et permet de stimuler la recherche et l’innovation. J’encourage l’Institut à poursuivre son excellent travail de recherche, mais aussi à insuffler le goût des sciences aux jeunes, qui sont la relève du Québec de demain», a souligné le ministre Pierre Duchesne.

La première école doctorale unifiée

Photo
Olivier Collin. Photo: Nathalie St-Pierre.

L'ISM s'est beaucoup développé depuis sa création en 1991. «Au départ, les deux idées maîtresses étaient la création de bourses et de cours en commun pour les étudiants de maîtrise et de doctorat, explique Olivier Collin, professeur au Département de mathématiques de l'UQAM et directeur de l'ISM de 2009 à 2012.

Les étudiants inscrits à la maîtrise ou au doctorat en mathématiques dans l'une des universités membres peuvent suivre des cours dans les autres institutions. «Nous avons été  la première école doctorale unifiée au monde dans le domaine des mathématiques, précise fièrement le professeur Collin. Le principe a ensuite été repris ailleurs, notamment à Berlin et dans la région de Boston.»

Des bourses alléchantes

L'ISM a également développé avec le Centre de recherches mathématiques de l'Université de Montréal un programme de bourses postdoctorales qui connaît un succès monstre. «Le programme, comparable aux meilleurs programmes postdoctoraux en Amérique du Nord, attire jusqu'à 300 candidatures par année pour 4 bourses», note Olivier Collin. Les bourses CRM-ISM sont d'un montant de 40 000 dollars par an, renouvelable pour une deuxième année. «Depuis une dizaine d'années, le calibre des étudiants étrangers que l'on recrute est très élevé», ajoute le professeur.

Cet engouement pour l'ISM s'explique en grande partie par la qualité de la formation offerte, non seulement dans les cursus officiels, mais aussi par l'intermédiaire de colloques, de séminaires et de conférences pour les étudiants en mathématiques. «Les subventions du MESRST et le financement des universités membres ne servent pas aux professeurs, mais bien aux étudiants, souligne le chercheur. Environ 80 % de notre budget est attribué aux programmes pour les étudiants.» L'ISM, ajoute-t-il, compte une seule administratrice.

Regroupements scientifiques

L'ISM coordonne 11 regroupements scientifiques. Un regroupement, c'est le rassemblement de tous les professeurs, stagiaires postdoctoraux et étudiants des universités membres dont les principaux intérêts de recherche sont reliés au même thème. Sa coordination est assurée par un comité composé d'un professeur par université. Son rôle consiste à planifier les cours ISM offerts chaque année, à animer des séminaires de recherch, et à participer à la sélection des stagiaires postdoctoraux CRM-ISM.

Ces regroupements sont:

- Algèbre et théorie des nombres
- Analyse
- Combinatoire et calcul algébrique
- Dynamique non-linéaire
- Géométrie et topologie
- Mathématiques actuarielles et financières
- Mathématiques appliquées et calcul scientifique
- Physique mathématique
- Probabilités
- Statistique mathématique et statistique appliquée
- Théorie des catégories et applications

Baccalauréat, cégeps et écoles secondaires

L'ISM ne vise pas uniquement les étudiants des cycles supérieurs. «Nous offrons des bourses d'été qui donnent l'occasion à des étudiants de premier cycle d'acquérir une expérience de recherche en milieu universitaire ou industriel tout en offrant à des stagiaires postdoctoraux la possibilité d'acquérir une expérience en supervision de recherche», poursuit Olivier Collin.

Dans le cadre de son programme cégep-université, l'ISM offre aussi une série de conférences données gratuitement par des universitaires actifs en recherche et reconnus pour leur talent à communiquer. «Chaque conférence, qui s'adresse autant aux professeurs qu'aux étudiants, donne un aperçu clair d’un domaine à la fine pointe de la recherche actuelle», précise l'ancien directeur de l'ISM.

Une revue décorée

Les élèves du secondaire ne sont pas en reste: la revue Accromath, publiée deux fois par année par l'ISM et le CRM, est distribuée gratuitement dans les écoles secondaires et les cégeps du Québec. «Elle a remporté l'an dernier le prix Anatole Decerf décerné par la Société mathématique de France, note Olivier Collin. Les membres du jury ont souligné sa grande qualité scientifique et pédagogique.»

PARTAGER