Formation améliorée en génie logiciel

La maîtrise en génie logiciel subit d'importantes modifications.

15 Janvier 2014 à 15H32

Photo


Les dernières modifications apportées au programme de maîtrise en génie logiciel remontaient à 2003: autant dire une éternité dans le domaine informatique! «Il s'agit d'une maîtrise professionnelle et nous nous adaptons aux besoins de l'industrie, qui a connu une forte croissance au cours des dernières années, souligne Normand Séguin, vice-doyen aux études à la Faculté des sciences et professeur au Département d'informatique. C'est pourquoi nous avons retiré, actualisé et ajouté certains cours.»

La maîtrise en génie logiciel est un programme offert conjointement avec l'École de technologie supérieure (ÉTS). Les étudiants inscrits à l'UQAM doivent suivre trois cours à l'ÉTS et inversement, rappelle le professeur Séguin, qui a piloté le dossier de modification de la maîtrise en génie logiciel.

Photo
Normand Séguin, vice-doyen aux études à la Faculté des sciences. Photo: Nathalie St-Pierre.

Parmi les nouveaux cours, on retrouve «Processus de développement Agile», «Tests logiciels» et «Mesures et développement de logiciel». «Notre nouveau cours phare est toutefois "Développement d'applications mobiles", un domaine pour lequel la demande de formation est très grande, précise Normand Séguin. Il ne s'agit pas seulement de savoir comment faire techniquement des applications mobiles, mais aussi d'être en mesure d'analyser toutes les étapes, de la conception à la réalisation.»

Le cours «Écosystème du logiciel libre» a aussi été ajouté au cursus de la maîtrise. «C'est une culture que les étudiants doivent comprendre, en plus de connaître les différentes licences qui existent», explique le vice-doyen.

La première clientèle du programme de maîtrise en génie logiciel est constituée de travailleurs qui n'ont pas tous le temps de s'investir dans un projet de synthèse de 9 crédits, ce qu'exigeait l'ancien programme. «Nous leur offrons désormais la possibilité d'effectuer plus de cours et de réaliser une activité de synthèse de six crédits ou un stage à temps plein en entreprise», explique le professeur Séguin.

Pour les étudiants qui souhaitent approfondir un sujet précis, il est aussi possible de s'inscrire à un projet de synthèse de 15 crédits.

Conditions d'admission

Auparavant, les candidats à la maîtrise en génie logiciel devaient posséder deux années d'expérience. «Cela nous coupait de nos bacheliers et des étudiants étrangers qui arrivaient avec une année d'expérience, note Normand Séguin. Cette condition a disparu et nous espérons ainsi diversifier notre clientèle.»

Un programme court et un DESS

La création d'un programme court de deuxième cycle en génie logiciel fait également partie de la stratégie pour recruter des étudiants qui veulent poursuivre leurs études dans le domaine sans s'investir dans un projet ou une activité de synthèse. «Nous visons entre autres les professionnels en entreprise qui aimeraient suivre seulement quelques cours et obtenir une attestation de suivi, explique Normand Séguin. Ils pourront choisir leur cheminement personnalisé parmi notre liste de cours, car il n'y a pas de cursus obligatoire.»

Le nouveau diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) en génie logiciel s'adresse aussi aux professionnels en leur proposant l'option activité de synthèse ou stage à temps plein. «Bien sûr, les étudiants qui  veulent passer du programme court au DESS, ou du DESS à la maîtrise, verront leurs cours reconnus», souligne le professeur.

La création de ces deux nouveaux programmes permettra également de décerner une attestation (programme court) ou un diplôme de DESS aux étudiants de maîtrise qui complètent la scolarité et qui décident de ne pas poursuivre leur formation.

Tous ces programmes seront offerts à l'automne 2014.

PARTAGER