La moitié des bourses de l'AMF

Des Uqamiens reçoivent cinq des 10 bourses d'excellence de l'Autorité des marchés financiers.

22 Janvier 2014 à 14H49

Photo
Siège social de l'AMF, à Québec.

L'Autorité des marchés financiers a dévoilé les noms des lauréats de la troisième édition de son programme de bourses d'excellence: sur les 10 bourses remises, quatre ont été remportées par des étudiants de l'ESG et une par un étudiant de la Faculté des sciences. Les doctorants en administration Wafa Ben Yedder (programme conjoint UQAM/ McGill/ Concordia/ HEC, option sciences comptables) et Octave Niamie (programme conjoint UQAM/ HEC/ Concordia) ont reçu chacun une bourse d'études d'une valeur de 10 000 dollars. Les candidats à la maîtrise Jean-Philippe Day Michaud (mathématiques actuarielles et financières), Franckel G. Badoussi (finance appliquée, option ingénierie financière) et Lily Ruffet, (sciences des technologies de l'information) ont obtenu pour leur part une bourse de 5000 dollars.

L'Autorité offre un programme de bourses d'excellence pour des étudiants au doctorat et à la maîtrise par l'entremise du Fonds pour l'éducation et la saine gouvernance, qui vise l'amélioration des connaissances dans tous les domaines liés à sa mission. Les boursiers pourront également effectuer un stage rémunéré au sein de cet organisme, mandaté par le gouvernement du Québec pour réglementer et encadrer le secteur financier.

Wafa Ben Yedder détient un diplôme en sciences comptables de l'Institut supérieur de comptabilité et d'administration des entreprises (ISCAE) de Tunisie (2003) et un master de recherche en sciences comptables de l'institut(2006). Professeure de comptabilité financière et de gestion de 2006 à 2009 à l'ISCAE, elle a publié plusieurs recherches dans les domaines de la communication financière des organisations et de la protection des investisseurs. Intitulée «Les stratégies de légitimation de l'industrie de la construction», sa thèse doctorale, sous la direction du professeur Gaéton Breton, du Département des sciences comptables, porte sur le processus de légitimation de l'octroi et de la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction. Elle compte se pencher plus précisément sur les stratégies discursives de gestion de la légitimité sociale d'une industrie en cas de crise de légitimité.

Titulaire d'un MBA pour cadres de l'UQAM (2012) et d'une maîtrise en sciences de la gestion de l'Université d'Abidjan, en Côte d'Ivoire, Octave Niamie a travaillé comme analyste crédit et comme directeur de comptes, notamment pour Brome capital. Au cours de ses études doctorales, effectuées sous la direction de la professeure Micheline Renault, du Département des sciences comptables, il aura pour objectif de mieux comprendre comment les sociétés de capital investissement pourraient utiliser des institutions informelles dans les pays émergents pour compenser la faiblesse des institutions formelles et prospérer sur ces marchés.

Jean-Philippe Day Michaud détient un baccalauréat en actuariat de l'UQAM (2012). Lauréat des bourses de deuxième et de troisième cycles de l'Institut de finance mathématique de Montréal et de la bourse de doctorat en recherche (B2) du Fonds québécois de la recherche (FQRNT), il travaille depuis 2010 comme auxiliaire d'enseignement des cours sur la théorie des probabilités ainsi que sur l'ingénierie financière. Dans son mémoire rédigé sous la direction du professeur Jean-François Renaud, du Département de mathématiques, il s'est intéressé à la tarification de produits dérivés et à la gestion des risques en utilisant le modèle de variance Gamma. Depuis janvier 2014, il est doctorant à HEC Montréal.

Titulaire d'un baccalauréat en administration des affaires (2012) et d'un D.E.S.S en finance (2013) de l'UQAM, Franckel G. Badoussi termine une maîtrise en ingénierie financière sous la supervision du professeur Cédric Okou, du Département de finance. Ses projets de recherche portent sur l'impact des flux et reflux de capitaux sur les marchés émergents ainsi que sur la limite de volatilité ou de saturation à laquelle les fonds de pension ou les caisses de retraite du Québec et du Canada doivent se retirer de ces marchés pour continuer à protéger les intérêts des investisseurs. Franckel G. Badoussi, qui a entre autres cofondé le groupe AASCOL, qui propose une méthodologie de travail et des formations aux étudiants du secondaire, du cégep et de l'université, souhaite après l'obtention de son diplôme créer des instruments et des politiques visant la minimisation du risque lié à l'utilisation des produits dérivés.

Titulaire d'un baccalauréat en administration des affaires de l'UQAM (2011), Lily Ruffet a été lauréate d'une bourse de recrutement de l'UQAM en 2011 au cycle supérieur, d'une bourse d'excellence de l'UQAM en 2012 et en 2013 ainsi que d'une bourse d'immersion de l'Université de la Colombie-Britannique. Durant ses études de premier cycle, elle a effectué un stage comme consultante en gestion à New York et s'est investie comme auxiliaire d'enseignement. Impliquée au sein de l'organisation de l'Association internationale des étudiants en sciences économiques et commerciales (AIESEC), elle s'intéresse aux technologies de l'information et à l'intelligence d'affaire dans les organisations. Son projet de recherche, sous la supervision du professeur Élie Elia, du Département de management et technologie, proposera de manière plus spécifique un outil pour l'analyse des besoins informationnels.

PARTAGER