Jeux vidéo et ludification

Une nouvelle concentration à la maîtrise en communication permettra d'étudier les jeux vidéo en tant que phénomène social et communicationnel.

23 Janvier 2014 à 10H52

Photo
Photo: Nathalie St-Pierre

En plus de passionner des millions de joueurs, les jeux vidéo et les phénomènes de ludification fascinent les chercheurs. Dès l'automne 2014, la Faculté de communication offrira la concentration «Jeux vidéo et ludification» à la maîtrise en communication. «Axée sur la recherche, la nouvelle concentration n'aura pas pour objet la réalisation de jeux vidéo, mais bien l'analyse des jeux vidéo en tant que phénomène social et industrie culturelle importante, porteuse de modalités communicationnelles et cognitives», précise Maude Bonenfant, professeure au Département de communication sociale et publique, et coresponsable de la concentration avec André Mondoux, professeur à l'École des médias.

Cette formation aux cycles supérieurs analysera l'émergence et le développement des jeux vidéo sous toutes leurs facettes et permettra, entre autres, de comprendre et d'analyser les dynamiques et les enjeux socioculturels contemporains de la ludification; l'émergence et le développement des jeux vidéo dans leurs dimensions communicationnelles, sociales, culturelles, économiques et politiques; les usages, les pratiques et les communautés de joueurs; ainsi que les modalités d'immersion et les effets de celle-ci sur les rapports au monde. 

Les diplômés de ce programme seront en mesure d'exercer diverses fonctions liées au domaine des communications au sein des industries des jeux vidéo et du marketing, et auront tout en main pour poursuivre des études doctorales en communication ou dans des domaines connexes.

La date limite pour déposer une demande d'admission est le 1er avril 2014. Le programme est contingenté.

Une industrie de pointe

Les jeux vidéo représentent actuellement l'industrie culturelle la plus importante en termes de marché et de pouvoir économique. Montréal y occupe une place de choix avec la présence d'importants studios de création québécois et internationaux dans la ville, qui regroupent 60 % de la main-d'œuvre totale de l'industrie canadienne des jeux vidéo.

Source: Emploi-Québec

PARTAGER