Un coup de pouce du voisinage

Younesse El Gharradi est le premier récipiendaire de la Bourse Parc-Extension de la Fondation de l'UQAM.

5 Mai 2014 à 15H24

Photo
Younesse El Gharradi. Photo: Nathalie St-Pierre

Originaire du Maroc, Younesse El Gharradi est arrivé seul au Québec au printemps 2012 avant d'être rejoint par sa femme quelques mois plus tard. «J'avais envie de voyager et de découvrir le monde, de m'installer dans un pays libre et démocratique afin d'espérer un avenir meilleur pour ma famille, ma femme et moi», dit le premier récipiendaire de la bourse des Amis de Parc-Extension, un organisme fondé en 2006 par des copropriétaires de condos du quartier.

À l'initiative de Miville Tremblay (M.B.A., 91), directeur des marchés financiers à la Banque du Canada et membre de l'organisme, un projet de bourse a été mis sur pied la même année afin d'encourager les jeunes résidents du quartier issus de l'immigration à poursuivre leurs études. Administrée par la Fondation de l'UQAM et désormais sous la responsabilité du diplômé François Durand (B.Sc. biologie, 86; M.Sc. environnement, 90), la Bourse Parc-Extension, d'un montant de 1000 $, sera décernée annuellement. C'est la seule bourse du genre réservée à des résidents de quartier. «Obtenir cette bourse a renforcé mon sentiment d'appartenance au quartier, explique l'étudiant au baccalauréat en sciences comptables, qui a pris connaissance de la bourse lors d'une session d'information offerte à l'ESG. J'ai ainsi une responsabilité de réussir et je me sens motivé à étudier encore plus fort!»

Younesse El Gharradi ne voudrait habiter nulle part ailleurs qu'à Parc-Extension. «C'est un quartier qui reflète en tous points l'idée que je me faisais du Canada: un endroit où vivent des gens des quatre coins de la planète. C'est cosmopolite, chaleureux, accueillant, exprime Younesse El Gharradi. Les gens s'entraident beaucoup.» Un brassage d'idées et de cultures qu'il retrouve également à l'UQAM. «C'est une force et une richesse», croit celui qui entamera sa deuxième année de baccalauréat en septembre prochain.

Programme de mentorat

Outre le coup de pouce financier offert par la bourse, qui lui a permis de payer une partie de ses frais universitaires, Younesse El Gharradi peut compter sur le soutien moral de l'initiateur du projet, Miville Tremblay. «Il est mon mentor. De manière informelle, nous discutons d'une foule de sujets dans le but de faciliter mon intégration au Québec», explique le jeune homme.

Pour subvenir aux besoins du couple, Younesse El Gharradi travaille à temps partiel les fins de semaine comme professeur de langue et de calligraphie arabes auprès des enfants de la communauté maghrébine de Montréal. Un métier qu'il connaît bien puisqu'il a été enseignant du primaire au Maroc. «Les cours donnés les fins de semaine permettent à ces enfants de se familiariser avec leur culture d'origine.» Celui qui souhaite devenir comptable après l'obtention de son diplôme se fait un point d'honneur de redonner aux gens de son quartier. «Parc-Extension est l'un des quartiers les plus pauvres à Montréal, rappelle Younesse El Gharradi. J'ai envie de mettre l'épaule à la roue afin d'améliorer les choses.»

PARTAGER