Cinq Uqamiens honorés

Le professeur émérite Pierre Fortin et quatre diplômés sont récompensés par l'Ordre national du Québec.

17 Juin 2014 à 16H17

Pierre Fortin, professeur émérite du Département des sciences économiques, ainsi que les diplômées Hélène Desperrier (B.Sp. art dramatique, 1972), Amina Gerba (B.A.A. gestion et intervention touristiques, 1992; M.B.A., 1993) et Marie Lavigne (B.Sp. enseignement secondaire/histoire, 1973; M.A. histoire, 1974) ont été nommées chevaliers de l’Ordre national du Québec. La diplômée Manon Barbeau (B.Sp. animation culturelle, 1974) a pour sa part été nommée officière. Institué en 1984 par le Parlement du Québec, l'Ordre national, qui comporte les grades de grand officier, d'officier et de chevalier, est décerné annuellement à des femmes et à des hommes d'exception qui se sont illustrés dans différentes sphères d'activité de la société québécoise. Cette année, 35 personnes ont reçu l'un des trois grades.

Photo
Pierre Fortin

Le professeur Pierre Fortin a principalement bâti sa réputation dans le domaine de la politique économique et sociale. Sa rigueur scientifique et ses conseils ont été d’un apport précieux pour les décisions de politique publique ou d’entreprises. Reconnu comme l'un des plus éminents économistes du Québec, il a notamment présidé le Groupe de travail sur l’investissement des entreprises (2007-2008), coprésidé le Comité d'experts sur la réforme de la sécurité du revenu (1995) et assisté le premier ministre comme conseiller économique principal (1984-1985).

Hélène Desperrier est à la fois comédienne, metteure en scène, directrice artistique et auteure au sein du Théâtre Parminou, situé à Victoriaville. Cofondé en 1973 par la diplômée, ce théâtre d’intervention et de proximité a pour mission de sensibiliser les spectateurs à diverses problématiques sociales et à les inciter à participer à une société plus juste et ouverte. Le Théâtre Parminou, une coopérative de travail à fins sociales, a sillonné le Canada, dont le Nunavik et les Territoires du Nord-Ouest, ainsi que l’Amérique latine.

Entrepreneure d’origine camerounaise, Amina Gerba a su se tailler une place dans la société québécoise tout en se donnant pour mission de promouvoir une image positive, riche et dynamique de l’Afrique comme nouvelle terre de possibilités d’affaires pour l’Amérique du Nord. C'est à elle que l’on doit l'événement Forum Africa, un grand rendez-vous international des affaires qui se déroule à Montréal. Au milieu des années 90, Amina Gerba a lancé deux entreprises de produits de beauté équitables à base de beurre de karité, Kariliss et Kariderm, ainsi qu’une firme de communication et de développement international, Afrique Expansion, bien connue pour sa revue Afrique Expansion Magazine.

Marie Lavigne a mené une carrière de gestionnaire au sein entre autres de deux organismes paragouvernementaux québécois, le Conseil du statut de la femme (1988-1995) et le Conseil des arts et des lettres du Québec (1995-2002). Ex p.-d.g. de la Société de la Place des Arts de Montréal (2002-2012), elle a fait partie du Groupe de travail sur l’avenir du réseau muséal québécois qui a déposé son rapport en 2013. Lauréate du Prix Reconnaissance 2005 de la Faculté des sciences humaines, elle préside actuellement le comité de gouvernance et d’éthique du Partenariat du Quartier des spectacles, un organisme montréalais dont elle est un des membres fondateurs. L'administratrice siège aux comités de plusieurs conseils d’administration, dont celui du Festival TransAmériques.

Cinéaste et directrice générale de Wapikoni mobile, Manon Barbeau fait partie du paysage audiovisuel québécois depuis plus de 30 ans. Pour l’Office national du film, elle a réalisé les documentaires Les enfants de Refus global et L'armée de l'ombre, où figurent de jeunes marginaux. En 2004, Manon Barbeau a lancé le Wapikoni mobile, un studio ambulant de création audiovisuelle et musicale qui permet à de jeunes autochtones de produire et de réaliser des films. Cette initiative sert aujourd'hui d'instrument de développement humain et culturel pour les Premières Nations.

 

PARTAGER