Les changements démographiques sous la loupe

Vieillissement, santé, épargne et retraite sont au cœur des travaux d'une nouvelle chaire de recherche.

10 Septembre 2014 à 14H49

Photo
 

L'Université Laval et l'UQAM ont lancé conjointement la Chaire de recherche Industrielle Alliance sur les enjeux économiques des changements démographiques. Deux titulaires dirigent la chaire qui est rattachée à la Faculté des sciences sociales de l'Université Laval et à l'École des sciences de la gestion (ESG) de l'UQAM. Pierre-Carl Michaud, professeur au Département des sciences économiques à l'ESG UQAM, est un spécialiste des questions de santé et de vieillissement, de travail et de retraite, d'épargne et de littératie financière, tandis que Jean-Yves Duclos, professeur titulaire au Département d'économique de la Faculté des sciences sociales de l'Université Laval, possède une expertise en économie du travail et du développement, en économie publique ainsi qu'en répartition des revenus.

Photo
Photo: Marc Robitaille

Le lancement de la chaire a eu lieu le 10 septembre en présence des recteurs Denis Brière (Laval) et Robert Proulx (UQAM), des cotitulaires de la chaire et des représentants de ses partenaires : Clément Gignac, vice-président principal et économiste en chef de l'Industrielle Alliance, Denys Jean, président-directeur général de la Régie des rentes du Québec (RRQ), Claude Montmarquette, président-directeur général du Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations (CIRANO).

Des enjeux cruciaux

Le vieillissement de la population soulève des enjeux de taille qui sont plus que jamais l'objet de débats devenus essentiels. Les travaux de la chaire viseront à comprendre les enjeux économiques et sociaux liés aux changements démographiques, qu'il s'agisse des comportements d'épargne des citoyens, du nombre appréhendé de départs à la retraite, de la hausse soutenue des dépenses en santé, de l'augmentation de l'espérance de vie, de la durée de la vie au travail ou encore des flux migratoires et du contexte économique et financier.

«Un de nos principaux objectifs consiste à documenter et à analyser l'effet prospectif des importants changements socioéconomiques à venir sur le niveau de vie, la santé et les finances personnelles et publiques du Québec et du Canada», précise Pierre-Carl Michaud. «Nos travaux vont contribuer à la formulation de politiques, tant au public qu'au privé, qui permettront de corriger certains effets indésirables de ces changements et de protéger le niveau de vie ainsi que la sécurité financière et économique des citoyens et de leurs gouvernements», ajoute Jean-Yves Duclos.

«Les partenariats que notre Université établit avec la création de cette nouvelle chaire apporteront une contribution pour la formation de la relève, l'attraction et la rétention de chercheurs, a souligné Robert Proulx. Ces partenariats enrichissent également la collaboration interuniversitaire entre deux grandes universités québécoises et nous permettent de nourrir les débats de société en créant des liens structurants et mutuellement profitables avec des acteurs de la recherche économique et de la planification des politiques publiques.»

«Collaboration entre chercheurs, collaboration entre universités et partenariat entre universités et milieux socioéconomiques. S’il y a un mot important aujourd’hui, c’est le mot "collaboration". C’est certainement le mot-clé de la recherche et de l’innovation dans le monde du XXIe siècle, et il se trouve à la fois aux sources et au cœur de la Chaire de recherche Industrielle Alliance sur les enjeux économiques des changements démographiques», a déclaré Denis Brière.

PARTAGER