Un problème de santé majeur

Jean-François Gagnon s'intéresse aux impacts de l'apnée du sommeil sur les fonctions cognitives.

17 Septembre 2014 à 13H10

Photo
 

Une bonne nuit de sommeil permet de passer de meilleures journées, c'est bien connu. Qu'arrive-t-il lorsqu'une personne souffre d'apnée obstructive du sommeil? «C'est un problème de santé majeur qui a des répercussions sur la qualité de vie, car il est associé à une somnolence excessive durant la journée ainsi qu'à des dysfonctions cognitives incluant des déficits aux niveaux de l'attention, de la mémoire épisodique, de la mémoire de travail et des fonctions exécutives», affirme Jean-François Gagnon, professeur au Département de psychologie et spécialiste des troubles du sommeil.

L'apnée obstructive du sommeil se caractérise par des pauses respiratoires ou des réductions répétées du débit aérien qui sont dues à une obstruction des voies respiratoires supérieures. Ces événements entraînent une fragmentation chronique du sommeil et une une diminution intermittente de la quantité d'oxygène transportée par le sang. «Ce trouble, peu étudié chez les personnes âgées, touche 2 à 14 % des adultes et environ 20 % des personnes âgées entre 60 et 95 ans», observe Jean-François Gagnon.

Photo
Jean-François Gagnon. Photo: Émilie Tournevache

Le jeune chercheur, membre du Centre d'études avancées en médecine du sommeil de l'hôpital du Sacré-Cœur de Montréal, participe à un projet de recherche portant sur le déclin cognitif chez les gens âgés souffrant d'apnée obstructive du sommeil, mené par Nadia Gosselin, professeure adjointe à l'Université de Montréal. Ce projet est soutenu financièrement par les Instituts de recherche en santé du Canada. «Nous voulons vérifier dans quelle mesure l'apnée obstructive du sommeil contribue au déclin cognitif, plus spécifiquement au trouble cognitif léger et à la démence, précise Jean-François Gagnon. Nous cherchons également à évaluer les facteurs de comorbidité, comme les problèmes vasculaires, l'hypertension et l'obésité.»

Un article, publié récemment dans la revue Pathologie Biologie par la doctorante de l'UQAM Katia Gagnon, cosigné entre autres par Jean-François Gagnon et Nadia Gosselin, dressait le bilan des connaissances sur la question. «L'apnée obstructive du sommeil est une pathologie hétérogène, note le chercheur, c'est-à-dire que les patients peuvent présenter des symptômes et des comorbidités très différents les uns des autres. C'est un domaine d'étude fascinant et les recherches cliniques en sont à leurs balbutiements, du moins en ce qui concerne les personnes vieillissantes.»

Une nuit en clinique

Les participants de l'étude, âgés entre 50 et 80 ans, doivent passer une nuit et une batterie de tests au laboratoire du Centre d'études avancées en médecine du sommeil, une fois par année pour la durée de la recherche.

«Nous produisons ce que l'on appelle un index d'événements respiratoires survenus durant la nuit afin de classer les participants selon la sévérité de leur apnée», explique Jean-François Gagnon. Le lendemain, les participants se soumettent à des tests cognitifs, lesquels portent sur le fonctionnement du cerveau et son anatomie, au moyen d'appareils d'électroencéphalographie et de neuroimagerie. «Nous comparons ensuite les résultats au groupe contrôle de participants non apnéiques», précise le chercheur. Une centaine de personnes participent à l'étude jusqu'à maintenant, mais les chercheurs espèrent en recruter encore quelques dizaines. Les personnes intéressées peuvent contacter le 514-338-2222 poste 7716.

Un traitement efficace

Les chercheurs souhaitent que la recherche permette de détecter les gens à risque afin de prévenir leur déclin cognitif. Il existe actuellement un traitement pour l'apnée obstructive du sommeil: le CPAP ou dispositif de ventilation en pression positive continue. «Ce traitement est efficace et accessible à tous les patients apnéiques , précise Jean-François Gagnon. Le problème est que certains patients abandonnent en cours de route parce qu'ils doivent dormir toutes les nuits avec un masque relié à une machine.»

PARTAGER