Des nouvelles de NoviFlow

L'entreprise dérivée des travaux du professeur Omar Cherkaoui obtient neuf millions de dollars de financement.

10 Septembre 2015 à 8H53

NoviFlow, l'entreprise fondée en 2012 à partir des travaux du Laboratoire de recherche en téléinformatique et réseaux (LTIR) dirigé par le professeur Omar Cherkaoui, du Département d'informatique, vient d'obtenir neuf millions de dollars de financement pour poursuivre le développement de ses équipements novateurs qui pourraient bien «sauver» le réseau Internet de la surcharge qui le guette.

Depuis l'avènement de l'infonuagique, toutes les données – particulièrement les vidéos en ligne – qui circulent entre différents appareils – ordinateurs, tablettes et téléphones – mettent beaucoup de pression sur le réseau Internet. «Ce n'est pas la quantité en soi qui pose problème, mais plutôt la complexité des tâches que nous exigeons du réseau, car ses infrastructures n'ont pas l'agilité requise pour gérer autant de formats différents – textes, photos et vidéos – à acheminer à différents appareils», expliquait en 2013 Omar Cherkaoui.

Jusqu'à maintenant, on a surtout cherché à augmenter la puissance du réseau. Pour qu'il soit mieux adapté à ce que l'on attend maintenant de lui, il faut le métamorphoser. Le professeur Cherkaoui a travaillé à bâtir les équipements du futur réseau Internet en compagnie d'étudiants aux cycles supérieurs et de stagiaires au sein du LTIR.

Leurs travaux ont permis de mettre au point une technique de réseautage logiciel (software-defined networking, SDN), qui permet de reconfigurer le comportement des routeurs et des commutateurs du réseau selon les besoins. La solution SDN permet ainsi de tirer le maximum des réseaux existants, sans devoir opter pour le surdimensionnement des équipements traditionnels. Cette avenue est aussi plus économique.

Les droits de propriété intellectuelle, incluant le savoir-faire, de la solution développée par le LTIR et ses partenaires ont été octroyés à une entreprise dérivée fondée en 2012 et baptisée Noviflow. La société de valorisation de la recherche universitaire qui gère des actifs de propriété intellectuelle de l’UQAM, Aligo Innovation s.e.c., a créé NoviFlow, recruté son PDG et trouvé son financement de départ. «Nous nous réjouissons de cette annonce de financement qui va permettre à la compagnie de franchir une étape déterminante pour sa croissance afin de positionner cette innovation de l’UQAM sur le marché mondial» souligne Anne-Marie Larose, présidente-directrice générale d’Aligo.

Le nouveau financement, qui provient entre autres du Fonds de solidarité FTQ, permettra à NoviFlow d'embaucher une trentaine de personnes d'ici deux ans et de se positionner sur les marchés asiatiques et européens. L'entreprise possède déjà des bureaux de vente à Sunnyvale (Californie), à Boston et à Seattle.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE