Lauréate d'un prix Humboldt

La prestigieuse Fondation Alexander von Humboldt, en Allemagne, récompense la biologiste Beatrix Beisner.

25 Juin 2015 à 15H58

Béatrix Beisner. Photo: Émilie Tournevache

Professeure au Département des sciences biologiques et spécialiste des écosystèmes aquatiques, Beatrix Beisner a reçu le Friedrich Wilhelm Bessel Research Award, d'une valeur de 45 000 euros, pour l'excellence de ses activités de recherche et d'enseignement. Ce prix lui a été décerné par la Fondation Alexander von Humboldt, qui vise à promouvoir la culture allemande et à favoriser la collaboration entre les chercheurs universitaires allemands et ceux de l'étranger. La fondation remet chaque année 100 prix dans différents champs du savoir.

La candidature de la chercheuse a été appuyée par le professeur Hans-Peter Grossart, de l'Institut Leibniz d'écologie des eaux douces, situé près de Berlin, qui accueillera Beatrix Beisner durant son congé sabbatique d'un an, en 2017-2018. «Se trouvant à proximité d'un lac qui fait l'objet de nombreuses études, l'Institut Leibniz a reçu d'importantes subventions du gouvernement allemand afin de se doter d'infrastructures de pointe, explique la professeure. De gros tubes et un système de bouées, permettant d'isoler des colonnes d'eau, seront installés dans les profondeurs du lac pour faire des recherches expérimentales. Mes travaux porteront plus spécifiquement sur la diversité moléculaire.»      

Beatrix Beisner s'intéresse à la biodiversité dans les lacs, aux populations de plancton, aux facteurs qui favorisent la croissance des cyanobactéries et aux impacts des changements climatiques sur les milieux aquatiques. Elle dirige le Groupe de recherche interuniversitaire en limnologie et en environnement aquatique (GRIL), qui célèbre cette année son 25e anniversaire. Considéré comme l'un des principaux centres de recherche en écologie des eaux douces au Canada, le GRIL compte quelque 40 chercheurs provenant de 8 universités québécoises, auxquelles sont rattachés plus de 150 étudiants de cycles supérieurs, stagiaires postdoctoraux et professionnels de recherche.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE