Comprendre le commerce international

L'UQAM et l'ÉNAP organisent la 4e École d'été sur les négociations commerciales internationales.

13 Août 2015 à 14H53

L'École d'été  offre une formation de pointe sur les nouveaux enjeux du commerce international et les grands accords régionaux.Photo: Istock

Les accords commerciaux, les partenariats et les interconnexions constituent la thématique de la 4e édition de l'École d'été Commercer dans un monde multipolaire, qui se déroulera à l’École nationale d’administration publique (ÉNAP), du 20 au 29 août, sous la présidence d’honneur de Bernard Landry, ancien premier ministre du Québec et professeur au Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale de l’ESG UQAM.

Fruit d’un partenariat avec l'Organisation internationale de la Francophonie, l'École est dirigée par Christian Deblock, professeur au Département de science politique, et Stéphane Paquin, professeur à l’ENAP et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en économie politique internationale et comparée (CRÉPIC). Elle offre une formation de pointe sur les nouveaux enjeux du commerce international et les grands accords régionaux. Les participants auront l'occasion d’échanger avec des experts et des négociateurs internationaux invités. Le programme combine théorie et pratique afin de mieux comprendre la rationalité économique, politique et administrative des institutions commerciales internationales.

Plusieurs conférenciers renommés seront présents, dont Pierre-Marc Johnson, négociateur en chef du gouvernement du Québec dans le projet d’Accord économique et commercial global (AECG), Paul Henri Ravier, ancien directeur général adjoint de l'Organisation mondiale du commerce, et Louise Baudoin, ancienne ministre des Relations internationales du Québec. Leurs exposés porteront sur le commerce, le développement, les grands accords et partenariats en cours de négociation, ainsi que sur les nouveaux enjeux des négociations: commerce numérique, reconnaissance des compétences professionnelles, industries culturelles.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE