Un nettoyant non toxique

Un savon créé par un ancien étudiant est testé sur les planchers de l'UQAM.

22 Juin 2015 à 11H47

Le savon multi-surface créé par Hongjun Gao a été testé sur les planchers du pavillon Président-Kennedy, au Complexe des sciences Pierre-Dansereau.

Il y a de l'innovation dans l'air, ou plutôt sur les planchers, au Complexe des sciences Pierre-Dansereau. Hongjun Gao, ancien stagiaire postdoctoral du professeur Ricardo Izquierdo, du Département d'informatique, a mis au point un savon multi-surface pour les autorécureuses dont on se sert pour laver les planchers. «C'est un produit biodégradable, plus performant que ceux existant sur le marché, qui ne laisse pas de traces résiduelles, est incolore et sans odeur et n'est pas toxique», affirme le concepteur, chimiste de formation. Son nettoyant, baptisé Gooreener, vient de faire l'objet d'un projet pilote d'un mois au Complexe des sciences.

Après avoir créé son savon, Hongjun Gao s'est tourné vers le Centre d'entrepreneuriat ESG UQAM afin d'obtenir des conseils. Le centre l'a mis en contact avec Jean-François Lamy, diplômé du baccalauréat par cumul de l'ESG UQAM, et président d'Aquartis, une entreprise qui conçoit, fabrique et livre des systèmes de recyclage d'eau grise afin de réduire la consommation d'eau. «Lorsque j'étais étudiant, j'ai profité des conseils du Centre d'entrepreneuriat et je suis toujours resté en contact, affirme celui-ci. Puisque Hongjun en était à l'étape de tester son produit, je lui ai donné un coup de main pour dénicher l'organisation idéale pour le faire. On a étudié plusieurs possibilités… avant de revenir à l'UQAM!»

C'est à la porte du Service des immeubles et de l'équipement (SIE) que Hongjun Gao et Jean-François Lamy ont frappé. La réponse fut positive. «En collaboration avec notre sous-traitant, les Services ménagers Roy, nous avons accepté de tester le produit dans le cadre d'un projet pilote d'un mois, souligne Yvon Crevier, directeur adjoint du SIE pour le campus de l'Ouest. Il semble bien que le produit de M. Gao tienne ses promesses, du moins sur nos planchers ayant comme surface le béton, le béton recouvert d'un apprêt et le vinyle.»

«Le nettoyant a été testé dans une autorécureuse et il semble très bon, confirme Serge Lessard, de Services Ménagers Roy. Cela dit, ce n'est pas la meilleure période de l'année pour effectuer ce genre de test, car les planchers ne sont pas très sales. Nous avons discuté avec Hongjun Gao et nous referons sans doute un essai l'hiver prochain.»

Plan d'affaire et mise en marché

Satisfait de l'aide obtenue, Hongjun Gao poursuit sa collaboration avec le Centre d'entrepreneuriat. «La prochaine étape est de développer un plan d'affaire», souligne l'inventeur, un spécialiste des nanoparticules. Ce projet de savon est un à-côté qu'il a développé pour le plaisir.

Au cours de la prochaine année, il bénéficiera de l'expertise d'étudiants de l'ESG UQAM, lesquels réaliseront, dans le cadre d'un cours, des études de marché pour son produit. «Il faudra ensuite réfléchir à la mise en marché et effectuer du démarchage auprès des entreprises de services ménagers afin de trouver des clients, poursuit Hongjun Gao. Je me cherche un partenaire d'affaire pour poursuivre l'aventure.» Avis aux intéressés!

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE