Le «pape» de l'économie sociale

Benoît Lévesque obtient un doctorat honorifique décerné par l'Université du Québec en Outaouais.

7 Novembre 2016 à 13H39

Denis Harrisson, recteur de l'UQO, le lauréat Benoît Lévesque, et Sylvie Beauchamp, présidente de l'Université du Québec.Photo: UQO

Le professeur émérite du Département de sociologie Benoît Lévesque, également professeur associé à l'École d'administration publique du Québec, a reçu un doctorat honoris causa de l'Université du Québec en Outaouais, le 5 novembre dernier. Le lauréat a obtenu cette distinction pour l'ensemble de sa vie passée à développer des moyens d'améliorer celle de ses semblables. 

Sociologue, professeur et chercheur avant-gardiste, Benoît Lévesque a contribué à l'émergence de l'économie sociale et de l'innovation sociale, enjoignant ainsi les organisations québécoises et internationales à concilier activité économique et équité sociale. Il fut le premier chercheur de la province à proposer une programmation de recherche qui relie l'innovation sociale aux transformations sociales. Il a ainsi joué un rôle capital dans l'essor et la consolidation de la gouvernance collaborative et de la finance socialement responsable.

Benoît Lévesque a cofondé et dirigé la première organisation spécialisée dans l'étude de l'innovation sociale au Canada, le Centre de recherche sur les innovations sociales, et il fut le maître d'œuvre du Centre interdisciplinaire de recherche et d'information sur les entreprises collectives. Il a par ailleurs assumé, pendant huit ans, la présidence de la division scientifique internationale du Centre, qui regroupe des représentants d'une quinzaine de pays.

Qualifié de «pape» de l'économie sociale, Benoît Lévesque est aussi l'un des principaux théoriciens de l'économie sociale au Québec. Il a contribué à la reconnaissance du Chantier de l'économie sociale, fondé en 1999, et, avec sa directrice de l'époque, Nancy Neamtan, il a cofondé et codirigé l'Alliance de recherche universités-communautés en économie sociale. Grâce à Benoît Lévesque, l'approche québécoise sert maintenant d'exemple pour des organismes comme l'Organisation internationale du travail et le Programme des Nations Unies pour le développement.

Son ouvrage La nouvelle sociologie économique : originalité et diversité des approches (Desclée de Brouwer, 2001) est une référence incontournable dans le domaine, ici et à l'étranger.

Citoyen engagé, Benoît Lévesque s'intéresse aux débats et aux bouleversements économiques de la société. En 2012, il a pris position publiquement au sujet de la loi-cadre en économie sociale, adoptée par l'Assemblée nationale l'année suivante et dont découle le Plan d'action gouvernemental en économie sociale 2015-2020.

De nombreux prix et distinctions ont ponctué le parcours de Benoît Lévesque en reconnaissance de sa contribution exceptionnelle au mieux-être des sociétés. Il a notamment reçu le prix Marie-Andrée-Bertrand 2015, catégorie scientifique, un doctorat honoris causa de l'Université de Liège, le titre de Membre honoraire de l'Ordre du mérite coopératif du Conseil de la coopération du Québec ainsi que le Prix du coopérateur de l'année de la Coopérative de développement régional du Grand Montréal.

Retraité depuis 11 ans, il continue de s'impliquer dans la culture philanthropique québécoise et d'inspirer une nouvelle génération de chercheurs en économie sociale et en innovation sociale. Il siège d'ailleurs à quatre conseils scientifiques, soit le Conseil scientifique de l'Institut de recherche en santé et sécurité du travail, le Conseil scientifique de l'Institut Mallet, le Conseil scientifique de l'Institut de recherche en économie contemporaine et le Conseil scientifique de Territoires innovants en économie sociale et solidaire.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE