Instagrammeur invité d'octobre

Au cours du prochain mois, l'étudiant en échange Benoît Vuignier nous livrera ses impressions de Strasbourg.

4 Octobre 2016 à 10H59

Benoît Vuignier.Photo: Nathalie St-Pierre

Depuis son arrivée à Strasbourg il y a près de deux semaines, Benoît Vuignier, étudiant au baccalauréat en gestion publique inscrit à un programme d'échange pour la session d'automne, a éprouvé bien des déboires. «Je n'ai pas encore pris le temps de visiter la ville puisque j'ai été pris dans des dédales administratifs. C'est incroyable toute la paperasse qu'il faut remplir en tant qu'étudiant étranger!», lance le jeune Québécois, qui se dit toutefois très heureux d'être en France.

C'est la première fois que des étudiants de l'UQAM participent à un programme d'échange à l'Institut d'études politiques (IEP) de Strasbourg, lequel a célébré ses 70 ans en 2015. «Les résidences affichaient complet et nous avons dû rapidement trouver un appartement, raconte Benoît Vuignier. Après des nuits à dormir dans différents Airbnb aux quatre coins de la ville, nous venons de dénicher un appartement, un grand cinq et demi pour 1280 euros par mois, que nous avons meublé avec des objets de l'Armée du Salut. On apprend à se débrouiller très vite!»

Comme il n'existe pas de programme de premier cycle en gestion publique à l'IEP, Benoît Vuignier s'est inscrit à des cours de science politique, d'histoire et de sociologie. «Dans le cadre du baccalauréat à l'ESG UQAM, en plus de nos cours de gestion, nous pouvons suivre des cours en droit, en économie, en science politique ou en communication, ce n'est pas si différent.»

Ses premières impressions de la ville de Strasbourg? «Il y a beaucoup d'initiatives vertes. Montréal devrait d'ailleurs en repiquer quelques-unes! C'est une ville piétonnière où l'on trouve beaucoup de pistes cyclables assez sécuritaires, dit cet adepte du vélo urbain. Les voies des tramways sont engazonnées.»

En tant qu'invité du compte instagram de l'UQAM, dans le cadre de la série #UQAMvuepar, Benoît Vuignier souhaite donner le goût de voyager aux Uqamiens. «Je vais prendre des clichés des bâtiments et des gens, mais aussi de l'ambiance de la ville et du campus, dit celui qui fait aussi partie du groupe des ambassadeurs de l'UQAM. Je veux montrer diverses activités que l'on peut faire à Strasbourg, aller dans des endroits inusités, sortir des sentiers battus…»

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE