Défenseur de l'économie sociale

L'UQAM remet un doctorat honoris causa à Léopold Beaulieu.

5 Février 2016 à 9H01

René Côté, vice-recteur à la Vie académique, Léopold Beaulieu, et Robert Proulx, recteur.Photo: Denis Bernier

Sur recommandation de son recteur, l'UQAM a décerné, le 4 février dernier, un doctorat honorifique à Léopold Beaulieu, président-directeur général depuis sa création du fonds de développement de la CSN, Fondaction. Par ce geste, l'Université souhaite reconnaître ses réalisations remarquables dans les domaines de l'économie et de l'innovation sociales ainsi que son engagement indéfectible en matière de développement durable et de coopération.

L'événement avait lieu à l'Amphithéâtre du pavillon Sherbrooke, dans le cadre du symposium «Économie sociale et finance solidaire», organisé par le Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES).

Natif de la Rive-Sud de Québec, Léopold Beaulieu a suivi une formation classique au Collège de Sainte-Foy. En 1965, il intègre les rangs de la Mutuelle SSQ et entreprend très tôt un parcours syndical. En 1971, il devient le premier directeur général de la Caisse d'économie des travailleurs de Québec. En 1976, il est nommé trésorier de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), fonction qu'il exercera jusqu'à la création de Fondaction en 1995.

Léopold Beaulieu a su insuffler au fonds de développement de la CSN les valeurs qui lui sont chères, en stimulant l'investissement dans des entreprises novatrices dont les activités s'inscrivent dans une perspective de développement durable.

Innovateur et visionnaire, il s'est positionné comme un acteur de premier plan dans le milieu des affaires et de l'économie sociale. Sa feuille de route est impressionnante: membre du conseil d'administration d'Investissement Québec de 1994 à 2011; président du comité d'experts mis sur pied par le gouvernement du Québec afin de favoriser l'utilisation du bois dans la construction; administrateur d'une vingtaine de comités et de conseils d'administration de divers organismes, dont COOP Carbone, Finance Montréal, Écotech Québec, la Fondation Saint-Roch de Québec, auxquels s'ajoutent les Rencontres du Mont-Blanc, le forum international des dirigeants de l'économie sociale et solidaire. L'Association internationale du logiciel libre (Ai2L), qu'il copréside depuis 2009, peut également compter sur son expertise et son engagement.

Léopold Beaulieu préside depuis plus de 15 ans la section canadienne du Centre interdisciplinaire de recherche et d'information sur les entreprises collectives (CIRIEC). Il a été élu président de CIRIEC International en septembre 2012, une première pour un non-Européen.

Il compte également à son actif de nombreux articles et rapports traitant d'économie sociale et solidaire, dont une collaboration à l'article «Trade Union Support for Labour Cooperatives: An Experiment in Cooperation between Brazil and Canada», paru en 2013 dans l'International Journal of Labour Research.

Persuadé que le XXIe siècle doit être celui du développement durable et de l'accès élargi au savoir, il met tout en œuvre pour réunir les forces vives, les expertises et les compétences afin de concrétiser cette vision. M. Beaulieu est fermement convaincu que l'économie du Québec peut se développer dans le respect de ses citoyens, mais également de l'environnement. Les institutions et les projets qu'il a contribué à faire émerger vont assurément en ce sens.

De nombreuses distinctions attestent d'ailleurs l'importance de la contribution de Léopold Beaulieu au développement de la société québécoise. Il est récipiendaire de l'Ordre du mérite coopératif, quatrième degré, remis par le Conseil québécois de la mutualité (2005) ainsi que de l'Ordre du mérite coopératif et mutualiste canadien (2013). En 2006, il a reçu le prix Hommage aux bâtisseurs remis par la Société de développement Angus et le prix Coopérateur de la décennie au Gala des prix du Mérite coopératif de la Coopérative de développement régional Montréal-Laval. Enfin, en 2012, le Groupe Les Affaires et TREBORA Conseil lui ont décerné le prix Hommage à un bâtisseur lors de la première édition des prix PDG Vert.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE