Tableau d'honneur en sciences

La Faculté des sciences décerne ses prix d'excellence 2016 en recherche et en enseignement.

20 Avril 2016 à 16H20

Luc-Alain Giraldeau, doyen de la Faculté des sciences, Franco Saliola, René Laprise, Charline Couchoux, Bruno Gagnon, le recteur Robert Proulx. Photo: Denis Bernier

Plus d'une soixantaine de personnes se sont réunies, le 19 avril, à l'occasion de la remise des prix d'excellence 2016 en recherche et en enseignement de la Faculté des sciences. René Laprise, professeur au Département des sciences de la Terre et de l'atmosphère, a obtenu le Prix de la recherche – Carrière, tandis que Charline Couchoux, doctorante en biologie, a reçu le Prix de la recherche – Meilleure recherche étudiante. Le professeur Franco Saliola et le chargé de cours Bruno Gagnon, du Département de mathématiques, ont remporté un Prix d'excellence en enseignement (volets Relève et Chargé de cours). 

Prix de la recherche - Carrière 

Professeur à l’UQAM depuis 1995, René Laprise a apporté une contribution exceptionnelle à l'application de la météorologie et de la climatologie physique au Canada. «Ses travaux, reconnus aux niveaux national et international par la communauté scientifique et les décideurs, ont touché de nombreux aspects de la météorologie appliquée, de la modélisation climatique et des méthodes de calcul numériques», a souligné Enrico Torlaschi, vice-doyen à la recherche de la Faculté des sciences.

Membre du Centre pour l'étude et la simulation du climat à l'échelle régionale (ESCER), René Laprise est le seul auteur principal du Québec à avoir participé à la rédaction du quatrième Rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), lequel a reçu, en 2007, le prix Nobel de la Paix ex aequo avec Al Gore, ancien vice-président des États-Unis. Le professeur et son équipe ont développé le Modèle régional canadien de climat (MRCC) qui, tel un zoom photographique, permet d'effectuer des projections climatiques et d'étudier les impacts des changements appréhendés dans l'environnement physique d'une région donnée.

René Laprise compte aussi parmi les fondateurs du consortium de recherche Ouranos sur la climatologie régionale et l'adaptation aux changements climatiques. Réunissant plusieurs scientifiques et professionnels, ce consortium mène des projets sur le développement de projections climatiques régionales ainsi que sur l’évaluation des impacts physiques et humains liés aux changements climatiques et les mesures d’adaptation adéquates pour s’y préparer.

Meilleure recherche étudiante

La doctorante Charline Couchoux a été honorée pour un article publié en collaboration avec son directeur de thèse, le professeur du Département des sciences biologiques Denis Réale, son codirecteur Dany Garant, de l'Université de Sherbrooke, et l'assistant de recherche Maxime Aubert. Paru en mai 2015 dans la revue Scientific Reports (une publication en ligne des éditeurs de Nature), l'article intitulé «Spying on small wildlife sounds using affordable collar-mounted miniature microphones: an innovative method to record individual daylong vocalisations in chipmunks» fait état d'une méthode innovante pour enregistrer les communications sonores des tamias rayés. L'utilisation de micro-enregistreurs miniatures fixés à la gorge des animaux permet de réaliser des enregistrements individuels en milieu naturel, une première pour ce type de petite faune.

L'étudiante souhaite ainsi vérifier si ce mode de communication sous forme de signaux d’alarme reflète la propension des tamias à prendre des risques et à prendre des décisions en fonction de l’information véhiculée par ces signaux. On peut lire un article sur ses recherches dans Actualités UQAM.

Prix en enseignement

Franco Saliola fait partie de la relève des professeurs du Département de mathématiques. En cinq ans à peine, il a donné 10 cours différents au baccalauréat, à la maîtrise et au doctorat. «L’atout principal de Franco Saliola  est sa capacité et son enthousiasme à communiquer en termes simples des concepts complexes aux étudiants, a souligné le vice-doyen aux études la Faculté des sciences, Normand Séguin. Pour l’écriture de ses notes de cours, il a développé une technique dite expressive qui laisse de côté certains aspects succincts ou abrupts du langage mathématique au profit de la clarté. Il a aussi conçu une impressionnante banque d’exemples en soutien à son enseignement. Ses étudiants ont reconnu sa motivation, sa grande disponibilité et la qualité de son approche pédagogique.»

Spécialiste du domaine des assurances et Fellow de l’Institut canadien des actuaires, Bruno Gagnon est chargé de cours au Département de mathématiques depuis 2002. Il a enseigné à plus 40 groupes-cours au baccalauréat en actuariat et a conçu deux cours spécialisés dans le cadre de ce programme. Selon le vice-doyen Normand Séguin, le chargé de cours sait établir un bon équilibre entre les concepts théoriques et pratiques afin de bien préparer les futurs actuaires aux exigences pointues des entreprises. «Bruno Gagnon s’est aussi beaucoup investi dans le développement de matériel pédagogique de qualité en français, alors  que les livres de référence dans le domaine des assurances sont rares et souvent en anglais», a noté le vice-doyen.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE