Des contributions essentielles

Après une carrière de près de 40 ans à l'UQAM, Hélène Beaumier reçoit le titre de Bâtisseuse en sciences.

22 Septembre 2016 à 9H25

Hélène Beaumier en compagnie de Luc-Alain Giraldeau, doyen de la Faculté des sciences. Photo: Denis Bernier

Passionnée, rigoureuse, proactive… Ce sont des termes fréquemment employés pour décrire Hélène Beaumier. La Faculté des sciences lui a décerné le titre de «Bâtisseur en sciences» – catégorie Employé de soutien, lors d'une cérémonie tenue le 21 septembre. Maintenant retraitée, elle est reconnue pour avoir contribué à la mise en place de la faculté et au développement de la biologie à l'UQAM.

Hélène Beaumier a obtenu en 1974 un baccalauréat en biochimie de l'Université du Québec à Trois-Rivières. En 1975, elle est embauchée au Centre de recherche appliquée à l'alimentation (CRESALA-UQAM), qui loge dans le pavillon des Sciences de l'époque, rue Saint-Alexandre. Puis, elle obtient un poste de technicienne de laboratoire (1979-2014) au Département des sciences biologiques, où elle occupera également celui de chef du personnel technique (1996-2014).

Sa connaissance du milieu et son savoir-faire ont été essentiels au développement du baccalauréat en biologie en apprentissage par problèmes, à la planification de nouveaux laboratoires d'enseignement et à leur aménagement au Complexe des sciences Pierre-Dansereau. L'ex-employée a également siégé à plusieurs comités et a été associée à de nombreux projets, tant du Département des sciences biologiques que de la Faculté des sciences. Elle a notamment travaillé à la coordination logistique d'expositions et de camps scientifiques ainsi qu'à l'organisation de plusieurs événements, dont des colloques.

Hélène Beaumier s'est dite heureuse et privilégiée d'avoir travaillé pendant près de 40 ans dans le milieu universitaire et d’avoir pu contribuer à l’amélioration des conditions d’apprentissage de plusieurs centaines d’étudiants. «A travers les contacts que j’ai entretenus avec tous ces jeunes, j’ai appris beaucoup sur les plans scientifique et personnel, a t-elle déclaré. Avec eux, la vie est en perpétuelle ébullition et nous oblige à mettre à jour nos connaissances et nos manières de faire. J’ai fait de mon mieux pour les aider et les encourager et ils me l’ont rendu au centuple.»

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE