Le visage de Nautilus Plus

Karine Larose dénonce la guerre des prix dans l'univers des centres d'entraînement. 

11 Novembre 2016 à 8H37

Série «Sur le terrain»
Des diplômés de l'UQAM qui ont fait leurs preuves répondent à 10 questions sur leur univers professionnel.

Karine LarosePhoto: Nautilus Plus

Elle porte le titre officiel de directrice des communications pour Nautilus Plus, mais Karine Larose (M. Sc. kinanthropologie, 07) est bien plus que cela: elle est l'image de marque de la chaîne, qui compte une quarantaine de centres d'entraînement. «Je réponds aux demandes médias, je participe aux décisions marketing et je forme les entraîneurs et les employés pour les questions reliées à la motivation à l'entraînement», affirme l'énergique femme d'affaires.

Auteure de plusieurs ouvrages portant sur l'adoption de saines habitudes de vie, Karine Larose est la tête d'affiche de plus de 20 DVD d'exercices, vendus à plus de 75 000 exemplaires. Un nouveau coffret, intitulé Top fit en 30 jours, sortira en décembre. «Je viens de mettre la touche finale au PowerFit, un nouveau cours intense de 45 minutes, qui combine exercices musculaires et cardiovasculaires, offert à la grandeur du réseau Nautilus Plus», révèle-t-elle. Spécialiste de la motivation à l'entraînement – «c'était le sujet de ma thèse de maîtrise» –, elle est également chroniqueuse régulière à l'émission Marina Orsini, à la télé de Radio-Canada, en plus de collaborer au magazine Gabrielle.

Quelle est la plus grande qualité pour être heureuse dans votre domaine?

Il y en a plusieurs ! Il faut être passionné, ouvert d'esprit pour accueillir les nouvelles idées et saisir les nouvelles tendances, être capable d'autocritique, démontrer du leadership et posséder des habiletés de communication.

Votre plus grande réussite?

Ma plus grande fierté est de recevoir des témoignages de reconnaissance de la part de gens qui ont lu un de mes livres, vu un de mes DVD ou lu une de mes chroniques: «Je me suis pris en main grâce à vous» ou «J'ai une meilleure qualité de vie depuis que j'applique ce que vous m'avez appris» sont des phrases que je ne me lasse pas d'entendre! Je suis également très fière d'avoir en quelque sorte créé le poste que j'occupe, car Nautilus Plus n'avait pas de porte-parole auparavant.

Un faux pas qui vous a servi de leçon?

Au tout début de ma carrière, j'ai rencontré le président de Nautilus Plus en lui disant que je voulais être porte-parole et que je voulais faire des DVD d'entraînement, ce à quoi il m'a répondu: «Il n'en est pas question. Nous n'aurons pas de porte-parole et il n'y aura pas de DVD.» J'étais évidemment déçue, mais il avait raison, l'entreprise n'était pas rendue là. Il a fallu que je sois patiente et que j'attende le bon moment.

Un bon coup d'un compétiteur que vous auriez aimé faire?

J'aimerais avoir des produits dérivés, comme des articles de sports et des vêtements à mon nom, comme plusieurs l'ont fait déjà dans le domaine et dans des domaines connexes.

La dernière tendance dans votre secteur?

La guerre des prix dans l'industrie des centres d'entraînement. Les gyms sans kinésiologue ni nutritionniste sont une aberration à mon sens. Oui, l'abonnement coûte moins cher, mais les personnes sont laissées à elles-mêmes. Cela ne favorise pas du tout l'assiduité et la motivation à l'entraînement.

Et ce qui est définitivement dépassé?

L'image des gyms comme des lieux réservés aux hommes qui désirent avoir des gros bras! Aujourd'hui, les gens savent à quel point l'exercice contribue à leur santé physique et psychologique. Les gyms sont donc pour tous ! En ce qui concerne l'entraînement comme tel, l'aérobie pure et dure n'est plus à la mode, même si elle n'est pas inefficace pour autant et qu'elle a été récupérée et intégrée de différentes façons à d'autres formes d'entraînement. Et je dirais aussi que les vêtements sports «quétaine» des années 1980 et 1990 sont aussi dépassés! Les vêtements pour l'activité physique sont tellement plus jolis et plus confortables de nos jours. On ose même les mettre hors du gym, c'est tout dire !

Sur la scène nationale ou internationale, qui est le «gourou» de l'heure?

L'américaine Jillian Michaels est très inspirante. C'est une spécialiste de l'activité physique et du mieux-être qui a su développer des concepts d'entraînement novateurs et accessibles. Elle a aidé beaucoup de gens à renouer avec l'activité physique et c'est une entrepreneure accomplie – DVD, livres, vêtements, conférences –  qui a su faire sa place. Elle a même une application mobile… ce que j'aimerais un jour créer à mon tour!

Nommez une étoile montante qui vous inspire.

J'ai la chance d'être entourée de jeunes entraîneurs et entraîneuses dans le réseau Nautilus Plus et ils sont tous et toutes inspirants. Comme ils sortent de l'université, j'apprends sans cesse à leur contact.

Quel est le livre qu'il faut lire en ce moment?

Deux ouvrages m'interpellent en ce moment. Lean In: Women, Work, and the Will to Lead de Sheryl Sandberg , directrice des opérations de Facebook. C'est un bel exemple de femme qui a pris sa place sur le marché du travail et qui encourage les autres à faire usage de leur leadership.

Il y a aussi Breaking the Habit of Being Yourself de Joe Dispenza. C'est un chiropraticien américain qui invite les gens à changer, à se réinventer selon leurs désirs en prenant d'abord conscience des barrières et des a priori que l'on entretient à propos de soi-même, souvent depuis l'enfance.

Les deux principaux conseils que vous donneriez à un jeune qui commence sa carrière?

Quand j'avais 14-15 ans, mon père m'avait demandé de décrire ce que serait ma journée de rêve quand je serais grande. J'avais écrit que le matin je ferais une émission de télé, et qu'ensuite je mettrais des habits chics pour aller au bureau! Je dirais donc aux jeunes que tout est possible. Il suffit d'être fidèle à la vision de la carrière que l'on envisage. Il faut aussi être patient et savoir reconnaître les occasions lorsqu'elles se présentent. Une carrière ne se déploie pas en ligne droite et ce sont les détours qui nous permettent de devenir meilleurs.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE