Stratégie centre-ville

L'UQAM dépose un mémoire dans le cadre des consultations publiques sur la Stratégie centre-ville.

11 Novembre 2016 à 10H05

L'UQAM recommande à la Ville de Montréal d’accentuer la revitalisation du secteur est du centre-ville. Photo: Michel Brunelle

À l’occasion des consultations publiques sur le document Stratégie centre-ville : soutenir l’élan tenues par l'office de consultation de Montréal (OCMP), la Direction de l’UQAM a déposé un mémoire dans lequel elle souligne l’importance de renforcer le caractère universitaire de la métropole. L'UQAM plaide en faveur d’un recours plus systématique aux expertises universitaires et au dynamisme étudiant dans l’examen des grands enjeux de Montréal et dans la conduite de divers projets urbains.

Le document proposé par la Ville de Montréal  sur la Stratégie centre-ville propose un programme de valorisation et de dynamisation du cœur de la métropole pour les 15 prochaines années. Les résidents, commerçants, travailleurs et tous les acteurs concernés par le développement du centre de la métropole ont été appelés à se faire entendre par l'OCMP, dont le rapport contribuera à élaborer un plan d'action qui sera publié à l'hiver 2017.

Le mémoire de l'UQAM présente quatre vecteurs de développement déterminants pour une stratégie de valorisation du centre-ville : l’innovation comme mode de développement économique et social; le renforcement du centre-ville comme foyer de créativité et de rayonnement culturel à l’échelle mondiale; la valorisation du patrimoine bâti; et enfin, un parti pris pour l’environnement et pour la mixité sociale.

Des projets structurants

La culture s'impose comme un vecteur majeur de développement pour Montréal. Selon une étude publiée en 2015 par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, ce secteur génère près de 11 milliards de dollars en valeur ajoutée directe et indirecte dans l'économie. La nécessité de soutenir les aménagements qui favorisent la créativité sous toutes ses formes est réitérée dans le mémoire. Ainsi, la mise en œuvre des aménagements adoptés par la Ville de Montréal dans le cadre du Programme particulier d’urbanisme (PPU) du Quartier des spectacles — Pôle du Quartier latin est déterminante pour ouvrir davantage l’UQAM sur la ville et renforcer le dynamisme de la métropole.

À cet égard, le projet d’implantation du pavillon des Arts dans le Quartier des spectacles apparaît particulièrement probant. Ce projet, qui figure parmi les priorités de la prochaine campagne majeure de financement de la Fondation de l’UQAM et qui offrira un espace de diffusion ouvert au public, permettra notamment de relier les deux pôles du campus de l’Université et de revitaliser le tissu urbain. Ce projet répond à de véritables enjeux de la Faculté des arts, notamment le besoin de disposer de plus d'espace dans des programmes ciblés et celui de moderniser certains lieux de diffusion. La perspective de réunir au sein d’un même pavillon les étudiants, les membres du corps enseignant, les chercheurs et les créateurs, toutes disciplines artistiques confondues, est d’autant plus prometteuse que ce pavillon sera situé dans un environnement culturel stimulant.

Par ailleurs, l’Université souscrit à l’instauration de mesures de soutien à l’écosystème d’innovation proposée dans la Stratégie centre-ville, par exemple grâce à des partenariats pour la mise sur pied d’incubateurs d’entreprises ou à des projets collaboratifs menés dans une perspective sociale. L'UQAM travaille ainsi à la mise en place d'un environnement dédié aux incubateurs, notamment dans l'industrie du tourisme et des espaces expérientiels. Dès 2017, de jeunes entrepreneurs seront appelés à bénéficier de ces infrastructures.

La volonté de l’UQAM de rénover le pavillon Sanguinet — un bâtiment d’intérêt patrimonial — en vue de créer un pôle de formation, de perfectionnement et de soutien à l’innovation en gestion et en entrepreneuriat, est également mise de l’avant dans le mémoire. Reposant sur l’expertise de l’École des sciences de la gestion (ESG UQAM) et sur les nombreux liens qu’elle a tissés avec la communauté d’affaires du centre-ville, ce projet s’inscrit dans le droit fil d’une vision de la métropole comme ville du savoir et de l’innovation.

Parmi les autres projets liés au patrimoine menés par l'UQAM, le mémoire souligne la construction du pavillon de Mode, la réalisation de l'ensemble du Complexe des sciences, ainsi que la restauration en cours du clocher Saint-Jacques. L'UQAM réitère également son intention de mettre en œuvre, avec la Ville et ses partenaires, le projet de l'esplanade Pasteur – l’une des mesures retenues dans le PPU du Quartier des spectacles — Pôle du Quartier latin –, qui permettrait la mise à niveau de la rue Saint-Denis avec la place Pasteur et le parvis de l'église Saint-Jacques, créant ainsi un véritable square public, accueillant et animé.

L'axe 1 de la Stratégie centre-ville insiste sur la nécessité d'aménager des espaces verts et de favoriser la cohabitation entre résidents, visiteurs et personnes marginalisées. À ce titre, le mémoire rappelle les nombreux projets menés par l'UQAM en partenariat avec des groupes sociaux et communautaires, le verdissement des toits par des initiatives d'agriculture urbaine, les camps scientifiques offerts à prix réduit aux enfants de milieux défavorisés ainsi que les cliniques animées par des étudiants, comme la Clinique d'Impôt de l'ESG UQAM, qui aide les personnes à faible revenu à produire leur déclaration annuelle.

Dans son parti pris pour l'environnement, l'UQAM insiste aussi sur le renforcement du transport en commun et l'accroissement du réseau cyclable, tel qu'énoncé dans l'axe 3 de la Stratégie centre-ville, et réitère sa volonté de positionner le boulevard de Maisonneuve et sa piste cyclable comme un corridor vert stratégique.

Deux recommandations

Au-delà de l'association au centre des affaires, le centre-ville se déploie sur un vaste territoire, souligne le mémoire. L'UQAM recommande à la Ville de Montréal d’accentuer la revitalisation du secteur est du centre-ville, notamment grâce aux investissements nécessaires à la mise en œuvre des mesures du PPU, et d’appuyer les efforts de reconversion du pavillon Sanguinet.

Bien que la Ville de Montréal compte un élu comme interlocuteur désigné auprès des universités, il n'existe pas, au sein de l'administration, une instance chargée de faire le lien avec le monde universitaire, à l'instar, par exemple, du design ou de l'entrepreneuriat. L'UQAM plaide pour la mise en place d’une telle instance de collaboration permanente avec les universités, dans le but de favoriser l'innovation ainsi que la mobilisation et l'appropriation des connaissances.

Université du centre-ville, l'UQAM veut continuer à contribuer au développement de la métropole québécoise. Cela fait partie de son identité, comme on peut le voir dans la vidéo Penser, transformer, réinventer Montréal, qui met en scène trois Montréalais diplômés de l'Université qui ont à cœur l'avenir de leur ville.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE