Nouveau traitement anticancer

La phase ultime des essais cliniques pour un traitement anticancer créé à l'UQAM a reçu le feu vert aux États-Unis.

27 Juin 2016 à 13H32

Image: iStock

La Food and Drug Administration (FDA), qui règlemente les denrées alimentaires et les médicaments aux États-Unis, a donné son feu vert à la poursuite des essais cliniques de phase 3 pour l'ANG1005, un nouvel agent anticancer créé dans le cadre des travaux de recherche que poursuit la Chaire en prévention et traitement du cancer à l'UQAM. «La poursuite des essais cliniques signifie que l'ANG1005 sera testé à titre de nouveau traitement anticancer», affirme fièrement Borhane Annabi, professeur au Département de chimie et titulaire de la Chaire. «J'ai eu la chance d'avoir été le témoin privilégié du développement du médicament et de l'émergence d'une telle stratégie de traitement, poursuit-il. Cela démontre l'excellence de la recherche biomédicale qui a lieu à l'UQAM.»

Les travaux menés au laboratoire ont permis de mieux comprendre le fonctionnement de la barrière sang-cerveau et la biologie des tumeurs cérébrales, ce qui a mené au développement de médicaments qui possèdent la capacité de franchir cette barrière, rappelle le chercheur. «Ainsi, le ciblage de tumeurs ou de métastases cérébrales peut être envisagé, ce qui a conduit aux développements de conjugués thérapeutiques peptidiques par l'entreprise montréalaise Angiochem.»

Le potentiel clinique de cette stratégie a permis de conjuguer un de ces peptides au paclitaxel (ANG1005), un puissant médicament de chimiothérapie. Les résultats cliniques de phase II pour l'ANG1005 ont été présentés aux États-Unis au début juin lors du prestigieux congrès de l'American Society of Clinical Oncology, à Chicago. «Ce composé présentement développé par Angiochem a démontré un bénéfice clinique significatif, tant intracrânien qu'extra-crânien, dans le traitement des carcinomatoses leptoméningées chez des patientes atteintes de cancer du sein avec métastases cérébrales récurrentes, confirme Borhane Annabi. Ces patientes ont vu leurs symptômes cliniques améliorés et connaissent une survie plus longue que celle observée chez les patientes non traitées.»

À la suite des recommandations positives de la FDA, Angiochem poursuivra le développement clinique de l'ANG1005 pour ces patientes atteintes de cette forme de cancer du sein et pour laquelle aucun traitement n'est présentement disponible.

PARTAGER
COMMENTAIRES 2 COMMENTAIRES

Commentaires

Un grand espoir
Je ne suis pas familière avec le processus, mais pourquoi les essais cliniques se font aux USA et non pas chez nous ?