Flamenco et robots

L'étudiante en danse Sarah Bronsard reçoit une bourse de création du Conseil des arts de Montréal.

9 Décembre 2016 à 15H39

Sarah Bronsard.

Sarah Bronsard, candidate à la maîtrise en danse, a reçu en novembre dernier une des quatre bourses Les Mécènes investis pour les arts (volet danse) du Conseil des arts de Montréal. Ces bourses, variant de 4000 à 7000 dollars, sont offertes à des artistes afin de les aider à réaliser un projet innovateur. Créée en 2013, l’initiative Mécènes investis pour les arts rassemble des philanthropes membres de la communauté d’affaires de Montréal dans le but de soutenir financièrement la créativité montréalaise, ainsi que son essor et son rayonnement.

Sarah Bronsard, interprète et chorégraphe qui revisite le flamenco à sa manière, présentera Èbe, une pièce chorégraphique composée d'un chœur de cinq accordéons-robots interagissant avec la danse, créée en collaboration avec Patrick Saint-Denis (art audio et numérique). Èbe, nom donné à la marée descendante, «aborde ce qui se révèle lorsque la surface se retire; le souffle dans sa dimension communicative et l’aspect cyclique des phénomènes de la nature, en lien avec les éléments rythmiques et sonores issus de la tradition flamenca», explique l'artiste. Au final, Èbe se veut une création inusitée et singulière mélangeant flamenco, création audiovisuelle, robotique et chorégraphie sonore.

Passionnée de flamenco depuis près d'une quinzaine d'années, Sarah Bronsard possède une double formation en nouveaux médias et en danse contemporaine. Elle a participé entre autres à diverses activités avec la compagnie de flamenco montréalaise La Otra Orilla. Sa première pièce, intitulée 4kg, a été présentée en juin 2012 au Studio 303 et au M.A.I. dans le cadre du festival FRINGE de Montréal. Pour cette œuvre, Sarah Bronsard a reçu le prix de la Meilleure création originale, remis par le Cirque du Soleil. Depuis l’automne 2014, elle poursuit une maîtrise en danse sur le processus conversationnel entre les danseurs et les musiciens sur scène.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE