Le libre accès en croissance

Table ronde, séances d'informations et ateliers interactifs figurent au menu de la Semaine du libre accès.

7 Octobre 2016 à 8H36

À l'occasion de l'édition 2016 de la Semaine du libre accès, qui aura lieu du 24 au 30 octobre, le Service des bibliothèques organise une table ronde avec des spécialistes chevronnés, ainsi que des séances d'information et des ateliers interactifs.

L'an dernier, le Service des Bibliothèques avait mis sur pied une page Web présentant de manière simple et imagée le fonctionnement du dépôt institutionnel Archipel. La politique des trois principaux organismes subventionnaires canadiens relative à l'accès aux publications scientifiques résultant des recherches subventionnées, en vigueur depuis le 1er mai 2015, y était aussi résumée. «Cette page a été bonifiée au cours des derniers mois, précise Pierre Roberge, directeur des technologies de l'information au Service des bibliothèques. Nous y ajouterons également sous peu une section "boîte à outils" pour les chercheurs qui désirent publier en libre accès dans une revue. On y retrouvera, entre autres, les pièges à éviter et quelques astuces pour faciliter le processus.»

Une table ronde

Événement phare de la semaine thématique, la table ronde s'intitule «Horizon 2021: les avenirs possibles du libre accès». Elle se déroulera à la Didacthèque de la Bibliothèque des sciences de l'éducation (W-1010) le 25 octobre, de 12 h 30 à 14 h, et réunira les professeurs Éric Duchemin (Institut des sciences de l'environnement), Yves Gingras (histoire) et Stevan Harnad psychologie). «Avec Horizon 2020, l'Europe s'est dotée d'une vision et d'un programme ambitieux pour la recherche et l'innovation comportant des exigences importantes en ce qui a trait au libre accès aux publications scientifiques, explique Pierre Roberge. En 2021, où en serons-nous au plan local, national, international? Quels sont les enjeux? Les politiques nationales auront-elles eu raison des grands éditeurs? Le libre accès aura-t-il l'effet espéré sur la croissance incontrôlée des coûts d'abonnement aux revues scientifiques?»

Cette table ronde promet d'être intéressante à plusieurs égards. Initiateur du projet qui a mené à la création d'Archipel, Stevan Harnad est l'un des principaux défenseurs du libre accès sur la scène internationale. Son collègue Yves Gingras est reconnu pour son franc-parler et ses positions campées en matière de droits d'auteur, tandis qu'Éric Duchemin dirige la revue électronique VertigO, qui se réclame d'un nouveau modèle de revue en libre accès. «Où en sera le développement des dépôts institutionnels en 2021?, se demande Pierre Roberge. C'est l'une des questions qui sera abordée lors de cette table ronde.»

L'événement est ouvert à tous et devrait intéresser les professeurs, les chargés de cours et les étudiants de cycles supérieurs, ajoute-t-il. Aucune inscription n'est requise et on peut y apporter son lunch.

Séances et ateliers

La séance d'information intitulée «Comment publier en libre accès» sera offerte à trois reprises par des bibliothécaires durant cette semaine thématique: le 24 octobre de 12 h à 12 h 45 à la Bibliothèque des sciences (KI-1205) et de 13 h à 13 h 45 à la Bibliothèque des sciences de l'éducation (W-1010), et le 26 octobre de 12 h à 12 h 45 à la Bibliothèque des sciences (KI-1205). «Cette séance d'information fera le tour des différentes stratégies pour publier en libre accès afin de répondre à la politique des organismes subventionnaires du fédéral. Des outils pour évaluer la qualité des périodiques en libre accès seront aussi présentés», précise Pierre Roberge.

Deux ateliers interactifs figurent au programme de la semaine thématique: «Le libre accès et les arts visuels au Canada: le cas d'Artexte» (26 octobre, de 12 h 30 à 13h30, au W-1010) et «Le dépôt et la délégation du dépôt dans Archipel» (27 octobre, de 12 h à 12 h 30, au KI-1205). «Dans le premier atelier, le dépôt numérique e-artexte sera utilisé en tant que cas d'étude pour discuter des défis et des enjeux du libre accès dans le milieu de l'art visuel, note Pierre Roberge. Le second atelier s'attardera aux étapes nécessaires au dépôt de documents dans Archipel, avec une attention particulière à la délégation, c'est-à-dire la possibilité pour les professeurs de désigner, s'ils le veulent, la ou les personnes autorisées à déposer des articles en leur nom.»

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE