À l'échelle nano

Steen Brian Schougaard signe un commentaire sur le développement des piles au lithium dans la prestigieuse revue Science.

18 Août 2016 à 11H44

Le professeur Steen Brian Schougaard est un expert des matériaux de pointe comme le phosphate de fer lithié (LiFePO4), qui sert entre autres à la fabrication des piles de voitures électriques. Photo: Istock

Le professeur du Département de chimie Steen Brian Schougaard, membre du Centre de recherche sur les nanomatériaux et l’énergie (NanoQAM), a été invité par la revue Science à commenter les derniers développements dans l'analyse de matériaux destinés à améliorer les piles au lithium. Intitulé «A nanoview of battery operation. Single cathode particles for lithium-ion batteries are analyzed during cycling», son article paru dans la livraison du 5 août de la célèbre revue scientifique confirme l'intérêt de méthodes d'analyse développées par les chercheurs Lim et al, qui publient leurs résultats dans le même numéro.

À titre d’expert de matériaux de pointe comme le phosphate de fer lithié (LiFePO4), qui sert entre autres à la fabrication des piles de voitures électriques, Steen Brian Schougaard relève les avantages de ce matériau sur le plan de la sécurité et de la vitesse de charge, tout en observant que le mécanisme derrière ces performances remarquables reste encore, pour l'essentiel, à élucider. À cette fin, des techniques dites in operando, permettant l’analyse à l’échelle nano durant la charge et la décharge, sont requises. Or, Steen Brian Schougaard estime qu’une telle méthode a été découverte, comme le font valoir les travaux de Jongwoo Lim, de l'Université Stanford, et de ses collègues, publiés dans la même parution de Science.

Le Québec, représenté par la compagnie Johnson Matthey matériaux pour batteries, est un chef de file dans la production de LiFePO4. De son côté, le Centre de recherche sur les nanomatériaux et l’énergie (NanoQAM) de l'UQAM est reconnu internationalement pour son travail relié au développement de matériaux pour les piles au lithium tels que le LiFePO4. «Le Québec a donc l’expertise pour transformer en réalité le rêve de produire des matériaux encore plus performants pour les voitures électriques», affirme Steen Brian Schougaard.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE