Le pavillon Latourelle

L'UQAM acquiert en 1974 le bâtiment qui abritait jadis la Palestre nationale.

13 Février 2017 à 8H37

Série Campus sportif
À l'occasion du 20e anniversaire du Centre sportif, les artisans de la première heure racontent l'histoire du sport à l'UQAM. Deuxième texte de la série.

Partie de volleyball au pavillon Latourelle, 1975.
Photo :Archives UQAM. Fonds d'archives du Service des communications, 45U-720:F3:11/4 (1/2).

Dès 1971, le manque d'espace pour la pratique sportive au pavillon Lafontaine avait amené les dirigeants de l'UQAM à s'intéresser au Centre Cherrier, qui était à vendre. Inauguré en 1919, ce bâtiment avait abrité la Palestre nationale, qui a été pendant 50 ans le temple du sport amateur et du sport d'élite canadien-français. L'acquisition de ce bâtiment permettrait au Service des sports d'obtenir 10 000 pieds carrés d'espaces dédiés à la pratique de l'activité physique.

En avril 1974, l’Université acquiert l'édifice de quatre étages. Le Service des sports partagera les installations avec le module d'éducation physique et le Cégep du Vieux-Montréal, qui est locataire. On y trouve, entre autres, une salle d'haltérophilie, un gymnase avec une piste de course en mezzanine, une salle de judo/karaté, et même une piscine!

Pavillon Latourelle, rue Cherrier, 1982.Photo: Archives UQAM. Fonds d'archives du Service des communication, 45U-720:F3:11/7 (2/3).

Un certain nombre de travaux de réfection et d'aménagement s'imposent dans cet immeuble datant du début du siècle. «Mon premier mandat fut d'équiper le pavillon et de retaper la piscine, car l'eau fuyait de partout», raconte Raymond Lamarche, nommé directeur des sports en septembre 1974. Professeur d'éducation physique au cégep du Vieux-Montréal, le jeune homme de 30 ans connaissait bien la bâtisse, car il avait été directeur du conditionnement physique et de jogging de la Palestre nationale.

En novembre 74, la bâtisse (qui abrite aujourd'hui le Pavillon de danse) se voit officiellement dénommée pavillon Latourelle, d'après Roger Latourelle, ancien dirigeant de la Palestre nationale. Personnage marquant dans l’histoire du sport amateur au Québec, Roger Latourelle a d'abord été un nageur de longue distance, avant devenir entraîneur de natation et de sauvetage. Membre fondateur de la Fédération des Loisirs du Québec et de l'Association canadienne des Centres de loisirs, il a été intronisé au Panthéon des sports du Québec en 1992.

«L'Université disposera dorénavant de locaux appropriés à la pratique des sports, déclare la secrétaire générale de l'UQAM, Me Lise Langlois, à l'occasion de l'inauguration du nouveau pavillon. Si le module d'éducation physique et le département de kinanthropologie ont une part prioritaire dans l'utilisation du pavillon Latourelle, les équipements sportifs servent aussi à l'ensemble de la communauté universitaire: étudiants, employés, professeurs.»

Les archives de la Palestre

En décembre 1974, l'acte de dépôt des archives de la Palestre nationale (1895-1974) est signé devant notaire. L'UQAM acquiert ainsi son premier fonds d'archives privées, qui sera géré par le Service des archives (aujourd'hui Service des archives et de gestion des documents). Ce fonds retrace l'existence, les activités et le développement de cette institution montréalaise de sport amateur qui fut l'une des plus anciennes et des plus importantes organisations de loisirs et de sports francophones du pays.

Le fonds se compose de documents de gestion et d'exploitation, de coupures de presse, de procès-verbaux, d'imprimés, de microformes, de documents photographiques, filmiques, cartographiques, iconographiques, de trophées, de bannières, d'écussons, d'un fanion, d'une épinglette, d'un drapeau et d'une sculpture. On y retrouve notamment une collection d'artefacts et de documents reliées à l'histoire de Louis Cyr, le célèbre homme fort du Québec.

Source: Service des archives et de gestion des documents. 

Le nouveau pavillon Latourelle offre au Service des sports toute la latitude pour offrir une multitude d'activités sportives: natation, judo, aikido, badminton (dans un gymnase au mur bleu pour mieux voir le volant!), karaté, tir à l'arc, escrime, conditionnement physique, volleyball, basketball, etc. «Les temps ont bien changé, car il n'y avait que des gars dans la salle de poids et haltères», se rappelle Alain Giasson (B.Sc. enseignement en activité physique, 80), qui était étudiant en éducation physique à l'époque et qui fut embauché en 1980 comme animateur.

«Le pavillon Latourelle. «C'est où ? C'est quoi? C'est le centre sportif de l'UQAM; pas neuf mais pratique, on peut y pratiquer presque tous les sports. Viens le visiter au moins… après on verra: 840 Cherrier Est, à un pas du métro Sherbrooke. Le programme hiver 75 sortira bientôt. Bats-toi pour en obtenir un, c'est une question de bien-être.»

Source: journal L'UQAM, décembre 1974.

À la fin de l'année 1974, la direction de l'UQAM procède au dévoilement des maquettes du futur campus central, qui sera inauguré en septembre 1979. La déception est au rendez-vous pour les artisans du Service des sports. «Compte tenu de l'espace restreint, des possibilités d'arrangements avec les propriétaires d'aménagements sportifs existant dans la zone d'accueil (c'est-à-dire accessibles en moins de dix minutes de marche), de la facilité d'accès aux installations du site des Jeux olympiques, le campus même de l'UQAM ne comprendra qu'un minimum d'équipements sportifs occupant une faible superficie», pouvait-on lire dans le compte-rendu du journal L'UQAM. Traduction: le pavillon Latourelle a encore de beaux jours devant lui! 

Articles connexes
PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE