Une collecte fructueuse

La communauté uqamienne recueille 10 000 documents pour deux bibliothèques haïtiennes.

2 Mai 2017 à 10H15, mis à jour le 2 Mai 2017 à 5H00

Les bénévoles de la collecte «Des livres pour Haïti» Véronique Jean, technicienne en documentation à la Bibliothèque des sciences de l’éducation, la commis aux bibliothèques Iliassou Cissé, qui a fait un travail de saisie des codes-barres, Anne Bourgeois, directrice de l’acquisition et du traitement des ressources documentaires au Service des bibliothèques, et Danielle Malette, bibliothécaire au Service des bibliothèques (services spécialisés), qui a procédé à la sélection des documents.
Photo :Nathalie St-Pierre

La collecte «Des livres pour Haïti» a permis d'amasser 10 140 documents. L'événement, qui s'est déroulé de septembre 2016 à mars 2017, avait pour but de recueillir à la fois du matériel pédagogique, des dictionnaires et des encyclopédies destinés aux étudiants universitaires et aux professeurs de l'Institut des sciences, des technologies et des études avancées d’Haïti (ISTEAH), et des ouvrages grand public, livres jeunesse et romans, afin de garnir les rayons de la nouvelle Bibliothèque du Grand-Nord (d'Haïti).

Les 267 boîtes de livres et 18 boîtes de périodiques, qui partiront sous peu pour Haïti, ont été soigneusement préparées par les bénévoles de la collecte, qui ont réparti les documents en fonction de la clientèle à laquelle ils sont destinés. Avant leur mise en boîte, les livres ont été examinés afin de répondre aux critères de sélection (livres en bon état, d'édition récente ou encore d'actualité, etc.). Chaque boîte a été identifiée selon son contenu (périodiques, dictionnaires de langues, littérature jeunesse, ouvrages de référence, etc.). Le Service des bibliothèques a fourni un local où entreposer les livres.

Une bibliothèque clé en main

Pour aider les bibliothécaires de l'ISTEAH, le Service des bibliothèques - Acquisition et traitement des ressources documentaires a eu l'idée de produire une liste des codes-barres zébrés pour tous les livres reçus qui comportaient déjà un numéro d’ISBN. «Cela évitera au personnel haïtien de recenser manuellement la documentation offerte par la communauté de l’UQAM», explique Anne Bourgeois, directrice du Service de l’acquisition et du traitement des ressources documentaires, qui a coordonné l’ensemble des opérations relatives au projet.

Les numéros ISBN de 47% des documents recueillis ont ainsi été numérisés. «Le code-barre zébré (ISBN), apposé au verso d'un volume, permet d'identifier le document et correspond à une description bibliographique universelle, dit Anne Bourgeois. On a dressé une liste de numéros d'ISBN que l'on pourra connecter à un réservoir bibliographique international pour constituer un catalogue automatisé pour l'ISTEAH. Les usagers pourront, de cette, manière avoir accès aux notices bibliographiques complètes des documents.»

Un travail d'équipe

«Dans le cadre de ce projet, nous avons réussi à arrimer plusieurs compétences: techniques, professionnelles bibliothécaires, et des compétences de commis et de gestion de notre personnel, note Anne Bourgeois. C'est ce qui a fait la richesse de l'opération.»

Les membres du comité de coordination de la collecte de livres (voir la liste des membres dans le premier article paru sur la collecte dans Actualités UQAM) soulignent la participation précieuse de Véronique Jean, technicienne, ainsi que de ses collègues commis de la Bibliothèque des sciences de l’éducation Nadine Payen Le Cunff, Alain Rodrigue et Josiane Saumure. Ils remercient aussi de leur soutien la bibliothécaire Danielle Malette, du Service des bibliothèques, Iliassou Cissé, commis aux bibliothèques du Service des bibliothèques - Acquisition et traitement des ressources documentaires, tous les donateurs de la communauté de l'UQAM qui ont offerts des livres, dont la professeure retraitée de la Faculté des sciences de l'éducation Marie-Lise Brunel, qui a légué sa bibliothèque académique, la direction des Services des bibliothèques, REPRO-UQAM (Amine Saydi) pour le don des boîtes, Christine Martin-Delahaye, chargée de gestion administrative au Service des partenariats et du soutien à l'innovation (SEPSI), ainsi que la Bibliothèque de l'ONF et l'organisme d'alphabétisation La Boîte à lettres.

Articles connexes
PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE