À la découverte de l'art afro-brésilien

Des étudiants en théâtre participent à un cours d'été au Brésil. 

19 Septembre 2017 à 13H33

Quinze étudiants au baccalauréat en art dramatique (concentration jeu) de l'École supérieure de théâtre (EST) ont eu la chance de prendre part à un voyage socioculturel à Salvador de Bahia, dans le nord-est du Brésil.

Conçu par le professeur Ney Wendell de l'EST, le cours d'été Arts vivants afro-brésiliens, qui s'est tenu du 23 mai au 9 juin dernier, avait pour objectif d'expérimenter différentes formes d'art et d'en explorer les nombreuses possibilités, explique le professeur, qui a accompagné les étudiants durant leur séjour. «Ce séjour a été une expérience esthétique très riche pour développer la créativité, nourrir l'imaginaire et approfondir le jeu de l'acteur.»

Les étudiants ont assisté à des ateliers de capoeira angola, de percussion, de musique samba, de danse jogo et de théâtre social offerts gratuitement par des organismes communautaires et des troupes locales de danse et de musique. Les Uqamiens ont également présenté un spectacle de théâtre de rue et donné des ateliers de théâtre corporel à des adolescents en milieu défavorisé. Ils ont créé une pièce avec les étudiants de l'École de théâtre de l'Universidade federal da Bahia (UFBA), partenaire de l'UQAM. 

Visite du quartier Pelourinho, à Salvador de Bahia.

La ville, dont le quartier Pelourinho est classé patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO depuis 1985, est une ancienne capitale du pays. Les étudiants ont profité de leur temps libre pour faire du tourisme en visitant plusieurs sites et monuments datant de l'époque coloniale et pour se prélasser au soleil sur la plage. «Quatre-vingts pour cent de la population de Salvador est noire, dont une grande majorité descendante d'esclaves. La culture africaine est très présente», précise Ney Wendell.

Sur place, tous les échanges avaient lieu en portugais ou en français. «Des bénévoles brésiliens qui étudient le français ont fait office de traducteurs pour les Uqamiens», dit le professeur. Avant de partir, les étudiants avaient appris des rudiments de la langue et assisté à des conférences pour mieux comprendre divers enjeux de la société brésilienne. «À l'UQAM, ils ont été jumelés à des étudiants étrangers brésiliens, explique Ney Wendell. Les étudiants en théâtre pouvaient travailler leur portugais et les étudiants étrangers, leur français.» Une subvention des Offices jeunesse internationaux du Québec a permis aux Uqamiens de couvrir les frais de leur billet d'avion. Le Service des relations internationales a également apporté son soutien.

Les étudiants du cours d'été ont développé un site web où l'on peut voir des photos prises durant leur séjour, entendre leurs témoignages, regarder des vidéos et lire des articles sur les arts vivants afro-brésiliens. 

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE