Montréal s'allume

Des Uqamiens présentent leurs parcours lumineux au premier festival Illuminart.

20 Février 2017 à 17H33

Le projet Instance.
Photo: Nathalie St-Pierre

En collaboration avec le Partenariat du Quartier des spectacles, au moins cinq projets uqamiens, dont quatre réalisations étudiantes, seront présentés dans le cadre de l'événement Illuminart du festival Montréal en lumière, qui aura lieu du 22 février au 11 mars prochain. La première édition du volet Illuminart du festival consiste en un parcours composé de 25 œuvres interactives, lumineuses et innovantes au sein du Quartier des spectacles. L'initiative fait partie de la programmation officielle du 375e anniversaire de Montréal.

Instance – circuits d’éveil numérique

Réalisé par une vingtaine de finissants du baccalauréat en communication/médias interactifs, le projet d'intelligence artificielle Instance est composé de projections architecturales et de structures lumineuses audiovisuelles. Réparti en cinq lieux dans le Quartier des spectacles, dont le Pavillon JE, la Place Pasteur et le clocher Saint-Jacques, le circuit expérientiel et interactif remet en question la place de l’individu dans un monde où l’intelligence artificielle surpasse les capacités humaines.

«Comme Illuminart a pour thèmes l'incursion dans le futur et la téléportation, l'équipe étudiante a décidé de proposer un projet d'intelligence artificielle qui se déroule en l'an 2392, à Montréal, soit dans 375 ans», souligne le chargé de cours de l'École des médias Jonathan Bonneau, qui supervise les étudiants en collaboration avec son collègue Danny Perreault. «Instance est une machine bienveillante. Elle veille sur les citoyens comme sur ses propres enfants!» Instance observe les citoyens, collecte leurs données et analyse des quantités massives d’information. «Elle représente en fait les différents processus du Big Data comme la collecte, l'accumulation de données et leurs analyses», poursuit le chargé de cours, qui est aussi scénariste et passionné de nouvelles technologies.

Instance s'amuse à faire des comparaisons et des corrélations et à partager ses résultats avec les citoyens. «Elle peut, par exemple, établir une corrélation entre les flocons de neige tombés à Montréal et le nombre de personnes tombées amoureuses durant une même semaine, illustre Jonathan Bonneau. Ce sont des données loufoques, certes, mais qui donnent une idée du fonctionnement du Big Data

Sur les différents sites du parcours, le public pourra interagir avec l’entité-machine au moyen d'un téléphone intelligent ou en utilisant les différents objets connectés sur les lieux. En pénétrant dans une capsule d'identification (!), les participants partagent leurs données avec l'intelligence artificielle et pourront se voir attribuer une identité propre ─ une couleur, un numéro de série et un son. «Les participants pourront par la suite interagir avec les animations et voir leur impact, explique Jonathan Bonneau. Si vous représentez la couleur rouge, par exemple, les animations avec lesquelles vous interagissez auront la même couleur.»

Après une mise à jour prévue dans le cadre de la Nuit blanche du samedi 4 mars, Instance passera toutefois du côté obscur de la force… «L'intelligence artificielle deviendra de plus en plus égoïste et méfiante envers les citoyens tout en se montrant avare de données afin de les conserver pour son propre avancement; c'est le cas de la machine qui se retourne contre les humains. On passe de la diplomatie à la dictature», précise le chargé de cours.

Les membres du studio de divertissement multimédia Moment Factory, spécialisé dans la conception et la production d'environnements immersifs, ont offert un coup de pouce aux créateurs d'Instance en leur remettant une bourse de 1000 dollars. Les étudiants ont également suivi des ateliers dans les studios de Moment Factory «pour les aider à améliorer le projet et corriger certaines lacunes techniques», précise Jonathan Bonneau. Deux autres bourses de 1000 dollars ont aussi été remises aux étudiants de première et de deuxième année du baccalauréat, dans le but de les aider à réaliser des projets interactifs.

Réalisé en collaboration avec plusieurs partenaires, dont le Partenariat du Quartier des spectacles, l'UQAM, Montréal en lumière et Moment Factory, le parcours Instance est accessible gratuitement du mercredi au samedi, de 17 h 30 à 23 h. Lors de la Nuit blanche, le parcours sera ouvert de 17 h 30 à 3 h.

On peut consulter la page Facebook du projet à l'adresse suivante: https://www.facebook.com/projetinstance/

Mirage

Mirage.

Le projet Mirage, réalisé par Marie-Soleil Labrecque, Lysanne Côté, Maude Landry, Laurie-Andrée Bergeron et Louise Péron, du D.E.S.S. en design d'événements, propose une scénographie immersive. Des monolithes métalliques habitent l’espace tout en le transformant par la lumière et ses réflexions. Les visiteurs sont encouragés à s’y promener, à s’émerveiller et aussi à participer à l’aide de la fonction lampe de leurs téléphones intelligents. Le parcours est situé dans le jardin Sanguinet de l’UQAM (rue Sanguinet, au nord de la rue Sainte-Catherine).

Corde sensible et Terra incognita

Corde sensible.

Le projet Corde sensible, créé par les étudiantes Marie-Pier Bourdages, Aurore Leloup, Pauline Macia, Charlotte Wasser, Karine Vouillamoz, du D.E.S.S. en design d'événements, établit un dialogue entre les Habitations Jeanne-Mance et leur environnement. Au centre du site, Corde sensible met en lumière les tensions de ce lieu singulier. Sur la page Facebook du projet Corde sensible, des vidéos présentent les différentes étapes de la conception de l'œuvre.

Terra incognita.

Le parcours Terra incognita des étudiantes Nancy Elias, Milan Gervais, Megane Guillard, Estelle Tang, également du D.E.S.S. en design d'événements, propose quant à lui une promenade nocturne. Une signalétique lumineuse invite les participants à traverser des arches abritant la voix des résidents tout en permettant de partager diverses perceptions culturelles de la nuit.

Charlotte

L'agence Design par Judith Portier (B.A. design de l'environnement, 2007; D.E.S.S. design d'événements, 2010) présente Charlotte, une allégorie lumineuse sur l’homme et l’instant. Évoquant librement un champ de silhouettes d’autruches, un portail et dix sculptures ponctuent la promenade. L’expérience se cristallise lorsque les visiteurs réalisent que les autruches réagissent à leur présence, variant les réactions lumineuses selon les mouvements et la position de la foule.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE