In/discipline

Le CDEx présente une exposition sur le dérèglement et la transgression artistique.

27 Mars 2017 à 10H03

Le CDEx présente une exposition sur le dérèglement et la transgression artistique.
Photo :Maude Corriveau, «Reliquat 08», 2015, acrylique sur toile, 50 cm x 76 cm

L’exposition collective In/discipline: la règle qui contourne la règle présente les travaux des candidats à la maîtrise en arts visuels et médiatiques Maude Corriveau, Véronique Lépine, Fanny Latreille, Karine Fournier et Guillaume Lépine. L'événement porte sur les pratiques artistiques qui engendrent le dérèglement au moyen d’une procédure, d’un code, ou d’une méthode prescrite. Les travaux des artistes s’inscrivent ainsi dans le conflit immuable de la légitimation institutionnelle et de la transgression artistique.

Au moyen de rubans frisés, de papier chiffonné et d’autres résidus de fêtes, Maude Corriveau crée de remarquables trompe-l’œil qui jouent sur la tension entre l’idéal esthétique de la mimésis et l’artifice prosaïque des colifichets. Par le biais d’une technique rigoureuse vouée à la représentation exacte, l'artiste accède à l’incertain et au fantasmagorique. Dans la même optique, Véronique Lépine improvise des sculptures de céramique «folk-pop» à partir d’objets banals trouvés dans son atelier. Malgré ses méthodes de construction délibérément imprécises — ce qu’elle appelle l’exécution rigoureuse «des logiques de l’informe» —, Véronique Lépine crée un faux-semblant étrangement persuasif.

Fanny Latreille, quant à elle, examine le phénomène des tribute bands, qui imitent à la perfection les groupes de musique célèbres. En s’immisçant dans cette «conscience feinte» partagée, l'artiste examine la transformation d’une parodie technique en expérience affective et même authentique. Œuvrant plutôt dans le domaine du rituel, Karine Fournier transmue l’exigence disciplinaire en un «cumul de petits gestes non prémédités». Par l’enchevêtrement des codes du textile et de la peinture, elle produit des sculptures organiques où le geste intime et le caractère méthodique de la couture manuelle semblent céder devant l’insolence des excroissances de l’informe. Avec des matériaux trouvés, dont de la pâte à mouler et des images de l’histoire de la peinture, Guillaume Lépine crée des œuvres abstraites qui poussent les paramètres disciplinaires de la peinture au point où elle s’effondre sans jamais les abandonner.

In/discipline: la règle qui contourne la règle est organisée par la commissaire et chargée de cours au Département d'histoire de l'art Emily Falvey et ses étudiants du cours Organisation d’une exposition. L'expo est présentée du 1er au 7 avril, au Centre de diffusion et d’expérimentation de la maîtrise en arts visuels et médiatiques (CDEx) situé au Pavillon Judith-Jasmin, salle J-R930. Le vernissage aura lieu le 1er avril, de 17 h à 20 h.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE