Un village urbain ?

Plusieurs éléments font du quartier Villeray un lieu convoité par les Montréalais.

28 Juin 2017 à 14H57

La Place De Castelnau sur la rue du même nom dans le quartier Villeray.Photo: Arrondissement de Villeray - Saint-Michel - Parc-Extension

On ne sait pas toujours à quoi cela tient, mais certains quartiers montréalais sont parfois désignés comme étant à la mode, «branchés» ou particulièrement attractifs. C'est le cas présentement du quartier Villeray. Les médias soulignent ainsi son effervescence, sa vitalité, son dynamisme, sa dimension à échelle humaine et ses nombreux projets citoyens, notamment en matière de verdissement. «Ce n'est pas tout à fait exact, nuance Marie Renoux, candidate à la maîtrise en géographie. Ces éléments se retrouvent plutôt dans Villeray Ouest, car la portion est ne vit pas du tout la même réalité.» Dans le cadre d'un cours de morphologie urbaine, la jeune chercheuse s'est intéressée à ce territoire sous l'angle du village urbain.

Villeray Ouest est délimité par les rues de Liège au nord, Jean-Talon au sud, Lajeunesse à l'est et le boulevard Saint-Laurent à l'ouest. Le quartier est aussi bordé par le parc Jarry à l'ouest et le marché Jean-Talon au sud, deux lieux de rencontre très fréquentés par ses habitants. «Développé dans les années 1960, le concept de village urbain aurait été utilisé pour la première fois afin de caractériser un quartier d'immigrants italiens de Boston qui se distinguait des autres par le mode de vie rural – mais adapté à la ville – de ses habitants, explique Marie Renoux. Le concept fait référence à une espèce de mythologie rurale, à une proximité sociale.»

Marie Renoux

Les planificateurs urbains ont repris le terme et l'ont appliqué à la création d'espaces où les déplacements automobiles sont limités et où la plupart des besoins du quotidien – commerces, écoles, loisirs et services – sont satisfaits à l'intérieur d'un quartier bien délimité. «Aujourd'hui, l'expression est davantage utilisée par les promoteurs immobiliers qui l'inscrivent dans une stratégie marketing pour vendre l'idée d'un quartier à échelle humaine, reconnaît Marie Renoux. Mais les caractéristiques sous-jacentes sont les mêmes: la proximité géographique et sociale, la capacité de rétention du quartier ainsi qu'un profond attachement au lieu.» Ce sont ces caractéristiques que l'étudiante a tenté de cerner dans Villeray Ouest.  

Un peu d'histoire

Jusqu'à la fin du XIXe siècle, l'arrondissement de Villeray—Saint-Michel—Parc-Extension n'était qu'une vaste campagne parsemée de terres agricoles. Vers 1870, on lotit les terres longeant la rue Lajeunesse (anciennement le chemin du Sault). Ce chemin est très fréquenté car il mène à la rivière des Prairies. Au carrefour du Chemin du Sault et du boulevard Crémazie (anciennement la côte Saint-Laurent), se trouvent quelques maisons, un maréchal-ferrant et l'hôtel Bougie, situé à mi-chemin entre le Vieux-Montréal et le village de Sault-au-Récollet. Un autre noyau de peuplement se forme à la hauteur de la rue de Castelnau, là où les voyageurs acquittent un droit de péage en franchissant une barrière.

Aujourd'hui, des traces du cadastre agricole sont encore visibles sur Saint-Denis. Le segment de la rue situé au nord de la rue Jean-Talon, tracé sur le lotissement de la ferme Lalonde, n'est pas dans le même axe que le segment au sud qui adopte l'orientation du lotissement de la ferme Comte.

En 1893, la Montreal Park & Island Railway met en service un nouveau tramway électrique, qui suit un tracé correspondant aux actuelles rues Saint-Dominique, Jean-Talon et Lajeunesse, jusqu'à la petite agglomération surnommée village Bougie, et qui continue à travers les champs jusqu'au village de Sault-au-Récollet. Ce mode de transport public rapide amorce l'expansion de la ville vers le nord. (…) Pendant les années 1920, on construit les bâtiments bordant la rue Saint-Denis. Désormais, tout le territoire au sud du boulevard Crémazie est un vaste quartier résidentiel.

Source: Archives de la Ville de Montréal.

Calme et verdure

Ce quadrillage particulier, héritage du lotissement rapide de la ferme Lalonde, contribue à faire de Villeray Ouest un village urbain, constate Marie Renoux. «Les résidents du quartier peuvent en sortir facilement, mais les gens de l'extérieur n'y entrent pas vraiment pour transiter ailleurs en ville. Ils empruntent plutôt le boulevard Saint-Laurent ou la rue Saint-Denis, deux axes nord-sud. Cela préserve une certaine quiétude dans le quartier, où l'on note la présence de plusieurs sens uniques.»

Le cadre bâti du quartier, surtout composé de duplex avec des jardinets à l'avant, contribue au plaisir de parcourir le quartier à pied. «On aperçoit facilement le ciel qui n'est pas obstrué par d'immenses plex et les églises servent de repères visuels», souligne la chercheuse.

Le Mange-Trottoir de la rue de Castelnau.Photo: Nathalie St-Pierre

La présence de trois stations de métro – Jean-Talon, Jarry et De Castelnau – sur le territoire ajoute à l'attractivité du quartier. «Les lignes orange et bleue du métro ont eu un impact sur l'évolution du quartier, car elles permettent aux gens de se rendre directement à la montagne ou au centre-ville pour leur boulot ou leurs études», note Marie Renoux. Le grand nombre de stations Bixi et de pistes cyclables témoigne aussi de l'importance accordée aux transports actifs.

Il y a dans le quartier de vieux commerces et des commerces de la nouvelle vague, comme l'épicerie zéro déchet Loco. «Les résidents sont choyés par les services de proximité du quartier. Ces commerces sont majoritairement situés sur les rues est-ouest. Il y a peu de circulation automobile, donc peu de nuisances olfactives et visuelles. Puisque les trottoirs y sont larges et que des aires de détente ont été aménagées à plusieurs endroits, on a tendance à s'y attarder.»

On trouve dans le quartier des arbres matures, plusieurs petits parcs très fréquentés, beaucoup de ruelles vertes et de plus en plus d'initiatives citoyennes, comme le Mange-Trottoir sur de Castelnau, où sont cultivés plantes comestibles, fruits et légumes. «Les familles avec de jeunes enfants y sont nombreuses et il n'est pas rare de voir les gens se saluer d'un côté à l'autre de la rue», observe l'étudiante.

En plus d'avoir arpenté le quartier et fouillé dans les archives de la ville, Marie Renoux a participé à plusieurs réunions citoyennes. «Le nombre d'associations présentes sur le territoire et leur dynamisme témoignent de l'investissement des résidents dans leur quartier», note-t-elle.

Alerte à la gentrification

«Tous ces beaux projets donnent envie de vivre dans le quartier, mais ce n'est pas tout le monde qui en a les moyens», remarque la chercheuse. La question de la gentrification est en effet incontournable. «Il suffit de consulter une carte des revenus pour constater l'écart marqué entre Villeray Ouest et Villeray Est, souligne-t-elle. La spéculation immobilière y est présente et on remarque que les loyers sont plus chers quand on s'approche d'un édicule du métro. Dans un quartier dynamique comme Villeray, c'est plutôt inévitable.»

Villeray Ouest est bien un village urbain en raison de sa taille, de sa densité, de sa morphologie et de sa diversité fonctionnelle, conclut Marie Renoux. «C'est un espace de vie à échelle restreinte où sont favorisées les interactions sociales, lesquelles donnent une identité propre au quartier. Les résidents y sont profondément attachés.»

Le Mile-Ex à l'étude

Marie Renoux est intarissable (et dithyrambique) à propos de Villeray Ouest, mais son projet de mémoire ne porte pas sur ce territoire. Sous la direction du professeur Sylvain Lefebvre, elle s'intéresse plutôt aux représentations et aux pratiques des habitants du Mile-Ex. «C'est un quartier qui ne me plaît pas du tout, mais qui est tout de même fascinant, dit-elle en riant. Il a une forte valeur identitaire pour ses habitants. Je tente de vérifier si les initiatives des jeunes professionnels – on dit que le quartier est un véritable laboratoire pour les jeunes architectes – correspondent aux valeurs des ouvriers et des immigrants qui y habitent depuis longtemps.» Le Mile-Ex, que l'on désigne aussi comme étant le secteur Marconi-Alexandra, est situé entre les rues Hutchison et Clark, Van Horne et Jean-Talon. 

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE