Québec renouvelle son appui à la Chaire Raoul-Dandurand

La chaire et deux autres centres d'études internationales recevront au total près de deux millions de dollars.

19 Mai 2017 à 15H18

Le recteur Robert Proulx, Frédérik Gagnon, titulaire de la Chaire Raoul-Dandurand, et la ministre Christine St-Pierre.Photo: MRF

Le Gouvernement du Québec a annoncé le renouvellement des conventions de subvention soutenant les activités de la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques de l'UQAM, du Centre d'études et de recherches internationales de l'Université de Montréal (CÉRIUM), et de l'Institut québécois des hautes études internationales (HEI) de l'Université Laval.

Ces trois centres d'études internationales recevront chacun 130 000 dollars par année jusqu'en 2022, pour un total de 1,95 million de dollars. Ces nouvelles sommes leur permettront de poursuivre ou d'entreprendre des travaux d'analyse et de recherche en lien avec plusieurs territoires et régions présentant un intérêt pour le Québec ainsi que sur des enjeux d'envergure ciblés par la nouvelle politique internationale du Québec «Le Québec dans le monde: s'investir, agir, prospérer»:  la lutte contre les changements climatiques, les droits et libertés de la personne et le développement nordique.

La ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Christine St-Pierre, a fait cette annonce le 19 mai au Centre des sciences de Montréal, en marge de la troisième édition du Forum Saint-Laurent sur la sécurité internationale.

Organisé conjointement par la Chaire Raoul-Dandurand, le CÉRIUM et les HEI, le Forum Saint-Laurent sur la sécurité internationale réunit des conférenciers internationaux et des participants de divers horizons (chercheurs, praticiens, fonctionnaires, représentants de la communauté des affaires et de la société civile, journalistes) afin de discuter, en français, d'enjeux de sécurité internationale.

L'Architecture de sécurité collective en Asie/Pacifique, les menaces à la sécurité en Europe, l'évolution du concept de sécurité des populations, la géopolitique des alliances américaines à l'ère Trump figuraient cette année parmi les thèmes de discussion. L'événement visait à diffuser l’expertise francophone sur les grands enjeux de sécurité internationale et à apporter une vision différente de celles prônées par les approches américaines et anglo-saxonnes.

Le Forum St-Laurent, dont le directeur exécutif est Julien Toureille, chercheur associé à la Chaire Raoul-Dandurand et chargé de cours au Département de science politique, aborde la sécurité internationale dans ses diverses dimensions: rivalités géopolitiques entre États, sécurité humaine, sécurité environnementale et énergétique, sécurité nationale, etc. Il vise à devenir une plateforme d’échanges entre chercheurs, décideurs et divers acteurs de la société civile.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE