Prix en ergonomie

L'étudiant Michael Drouin remporte un prix pour sa présentation par affiche lors d'une conférence à Orlando.

24 Avril 2017 à 11H40

Brian L. Roberts, président de la conférence Applied Ergonomics 2017, et Michael Drouin, candidat à la maîtrise en kinanthropologie.Photo: Applied Ergonomics

Michael Drouin, candidat à la maîtrise en kinanthropologie, profil ergonomie, a remporté l'un des deux prix Creativeness in Ergonomics (CE) Student of the Year Award, accompagné d'une bourse de 2 000 dollars, décerné lors de la conférence Applied Ergonomics à laquelle il a participé en mars dernier à Orlando, en Floride. Cette conférence internationale réunissait des ergonomes, ingénieurs, hygiénistes industriels, ergothérapeutes, physiothérapeutes, spécialistes en santé et sécurité au travail et des gestionnaires d'entreprise provenant de 18 pays. L'autre prix étudiant est allé à Kathryn Peditto, de Cornell University, une des plus prestigieuses universités aux États-Unis.

Michael Drouin a présenté une affiche intitulée «Le transfert des savoirs d'une génération de travailleur à une autre», dans laquelle il exposait son projet mené au sein de l'entreprise Lockheed Martin Entretien de moteurs d’aeronefs. «Dans plusieurs secteurs, le vieillissement de la population active laisse présager une vague de départs à la retraite, explique-t-il. Ces travailleurs possèdent un bagage de connaissances significatif et le transfert des savoirs et des savoir-faire est un défi auquel sont confrontées plusieurs organisations.»

Le projet de Michael Drouin visait à identifier les leviers et les obstacles à la transmission des savoirs, plus particulièrement au sein des équipes de mécaniciens qui assurent la maintenance des moteurs d’avion. En collaboration avec une équipe projet de l'entreprise, il a réalisé des entretiens semi-dirigés avec les acteurs impliqués dans le processus de formation des nouveaux mécaniciens. «Grâce aux informations recueillies, il a été possible de cibler certaines situations de travail critiques en termes d’apprentissage et d’identifier les difficultés rencontrées, note-t-il. Ces situations ont fait l'objet d'observations in situ afin de mieux comprendre le travail réalisé par les mécaniciens.»

Ce processus leur a permis de comprendre que l'un des logiciels utilisés – Quantum – par les mécaniciens est l’un des principaux obstacles au transfert de connaissances. «C’est un logiciel de suivi des pièces qui devrait aider les travailleurs, mais sa complexité crée de l'interférence dans le travail, explique Michael Drouin. Les formateurs eux-mêmes éprouvent des difficultés à utiliser le logiciel et à en expliquer le fonctionnement aux nouveaux employés. Nous avons donc suggéré de mettre en place un protocole de formation pour faciliter l’apprentissage du logiciel, en nous assurant que ce protocole soit bien arrimé à la réalité du travail des mécaniciens de l’entreprise. Un document sur la résolution des erreurs les plus communes d’utilisation du logiciel est aussi en chantier.»

En éliminant d'abord les obstacles que posent l’utilisation et l’apprentissage de ce logiciel, Michael Drouin et l'équipe de Lockheed Martin pourront ensuite étudier plus en détails les autres savoirs critiques qu’il est important de transmettre à la nouvelle génération de mécaniciens en aéronautique. 

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE