Un document phare

L'UQAM célébre le 50e anniversaire du rapport Rioux sur l'importance de l'enseignement des arts.

14 Décembre 2017 à 13H36

Le rapport Rioux préconisait une politique culturelle garantissant à tous un accès aux arts. Photo: Istock

La Faculté des arts et la Faculté des sciences de l'éducation proposeront une riche programmation d'activités (symposium, conférences, colloques), de mars 2018 à mai 2019, afin de souligner les 50 ans du rapport Rioux sur le rôle des arts et de l'enseignement artistique au sein de la société québécoise. Ce rapport porte le nom du sociologue Marcel Rioux (1919-1992), qui a présidé la Commission d'enquête sur l'enseignement des arts dans la province de Québec, créée en 1966 par le gouvernement de Jean Lesage.  

Déposé en 1969, le rapport Rioux a profondément influencé notre manière de concevoir la formation artistique. Ses quelque 700 pages et 368 recommandations préconisent notamment une réorganisation majeure des structures administratives et l’élaboration d’une politique culturelle garantissant à tous un accès aux arts. Cinquante ans plus tard, l’UQAM souhaite revisiter ce document phare et réfléchir au vaste projet de démocratisation artistique qu'il proposait.

Née elle-même dans la mouvance du rapport Rioux, l'UQAM a ouvert la voie à l’affirmation de la place des arts dans l’enseignement supérieur. «Il est tout naturel que l’Université soit aux premières loges des célébrations du 50e anniversaire de ce rapport, souligne Jean-Christian Pleau, doyen de la Faculté des arts. Depuis sa fondation, l’UQAM a joué un rôle de pionnière pour affirmer la place des arts dans l’enseignement supérieur. Elle continue d’être un acteur majeur sur ce plan et demeure incontournable dans la formation des enseignants en art du primaire et du secondaire.»

«Quel genre d’être humain les systèmes d’éducation doivent-ils former? Quelle est la place des arts dans la vie des personnes et des sociétés? En quoi les arts peuvent-ils contribuer à la formation des nouvelles générations? Soulevées il y a 50 ans, ces questions toujours d’actualité nous invitent à réfléchir ensemble à l’avenir de l’éducation et de l’enseignement des arts au Québec», observe Monique Brodeur, doyenne de la Faculté des sciences de l’éducation.

La présidence d’honneur des célébrations sera assurée par deux personnalités d’envergure: Louise Sicuro, présidente-directrice générale de Culture pour tous, et Marcel Fournier, professeur associé au Département de sociologie de l’Université de Montréal et auteur de plusieurs études sur diverses facettes du système universitaire et sur la recherche au Québec et au Canada.

Comité organisateur

Les célébrations se dérouleront sous la supervision d'un comité organisateur  composé de plusieurs professeurs de l’UQAM: Vincent Bouchard-Valentine (musique), Sinisha Brdar (design), Thomas Corriveau (arts visuels et médiatiques), Hélène Duval (danse), Bertrand Gervais (études littéraires), Yves Jubinville (théâtre), Édith-Anne Pageot (histoire de l'art) et Caroline Raymond (danse), avec la collaboration de Jean-Christian Pleau et de Monique Brodeur.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE