Le succès du sociofinancement

Les Citadins ont amassé plus de 100 000 dollars grâce à des campagnes de financement en ligne.

4 Juillet 2018 à 15H02

La première campagne de sociofinancement, réalisée en 2014, a permis à l'équipe de cheerleading des Citadins de participer à une importante compétition universitaire aux États-Unis. 

Les équipes d’excellence sportive des Citadins de l’UQAM ont amassé plus de 100 000 dollars depuis 2014 grâce à 10 campagnes de sociofinancement. Réalisées avec la collaboration des étudiants-athlètes, des entraîneurs et du personnel du Centre sportif, ces campagnes ont permis à une centaine d’étudiants-athlètes de participer à des camps d’entraînements ou à des compétitions hors Québec, et ainsi d’atteindre de plus hauts niveaux d’excellence sportive.

Réalisée sous la forme d’un projet-pilote en 2014, la première campagne avait permis à l’équipe de cheerleading des Citadins de participer à une importante compétition universitaire américaine (NCAA). L’objectif initial de 10 000 dollars avait été surpassé de 155 %! «Ce fut la première campagne de sociofinancement dans le sport universitaire au Canada – selon les informations disponibles – et ce fut un grand succès», mentionne Igor Naev, directeur, partenariats corporatifs et alliances stratégiques chez les Citadins, qui a supervisé les 10 campagnes avec l’aide de ses collègues du Centre sportif.

Igor Naev, directeur, partenariats corporatifs et alliances stratégiques chez les Citadins, en compagnie de membres de l'équipe de cheerleading.

Ce projet-pilote avait été mis sur pied après avoir effectué une revue de littérature sur les campagnes de financement modernes, inspirée des travaux de Manon Arcand, professeure au Département de marketing de l'ESG UQAM qui s’intéresse au comportement du consommateur numérique. Des discussions avec des collègues de la Fondation de l’UQAM ont aussi contribué à enrichir le projet. «Même si la culture du don est moins forte au Québec qu’ailleurs en Amérique du Nord, les donateurs québécois sont relativement généreux dans la catégorie des dons en ligne», souligne Igor Naev.

Autres campagnes

Après un premier essai fructueux, d’autres campagnes ont été menées pour les équipes de basketball féminin (2014), de soccer féminin (2015), de volleyball féminin (2015), de cheerleading (2016 et 2018) et de cross-country (2018). Les étudiants-athlètes ont ainsi pu parfaire leurs habiletés sportives dans des camps d’entraînement ou des compétitions aux quatre coins de l’Amérique du Nord.

Si 35 % des campagnes de sociofinancement n’atteignent pas leur objectif, les campagnes développées par les Citadins ont, au contraire, un taux de succès de 80 %.

«Puisque la compétition est féroce pour chaque dollar, il faut se démarquer pour convaincre les donateurs, affirme Igor Naev. Dans nos campagnes, nous adaptons quelques-unes des meilleures pratiques et nous misons sur des messages forts et des contenus de qualité.»

L’implication des athlètes et des entraîneurs ont également contribué aux succès des campagnes. «Ils nous ont permis d’identifier des objectifs réalistes et des causes fédératrices, puis sont devenus des ambassadeurs du projet auprès de leurs cercles sociaux respectifs», souligne-t-il.

Bénéfices pour la communauté uqamienne

L’expertise développée en matière de sociofinancement a aussi été utile pour d’autres projets à l’intérieur de l’UQAM. En 2015, les Hiboux de Montréal – un club de hockeyeurs ayant un handicap visuel, dont fait partie Gilles Ouellet, conseiller à l’accueil et à l’intégration aux Services à la vie étudiante – ont amassé plus de 14 000 $ afin de mettre au point une rondelle sonore intelligente. Cette rondelle a été conçue par des chercheurs de l’École de design et du Département d’informatique. «La campagne des Hiboux de Montréal réunissait tous les ingrédients essentiels au succès: une participation de tous, une base de supporteurs fidèles, une cause noble et une présentation de qualité», souligne Igor Naev.

En 2017, des étudiants du Département de danse ont pu réaliser un stage de perfectionnement dans les plus grandes écoles de danse moderne de New York. Puis, au printemps 2018, les membres de la troupe de danse contemporaine du Centre sportif ont participé à un festival de danse à Poitiers, en France.

Igor Naev invite les personnes qui souhaitent démarrer un projet de sociofinancement à l’UQAM à le contacter pour obtenir des conseils. «Je suis fier de constater l’essor actuel du sociofinancement au sein de notre université. La Fondation de l’UQAM a récemment lancé une plateforme de sociofinancement, et plusieurs chercheurs de l’ESG – que ce soit à la Chaire RBC en management des services financiers ou à l’Observatoire de la consommation responsable de l’ESG – effectuent d’excellentes recherches sur le sujet.»

CATÉGORIES
Articles connexes
PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE