Le soin des choses 

Thérèse St-Gelais présente une rétrospective des œuvres de l’artiste et diplômée Stéphanie Béliveau.

13 Décembre 2018 à 12H01

Les glaneuses (extrait), 2011 à 2017. Matériaux variés (graphite, pastels, aquarelle, fusain charbon, acrylique, gouache, etc.)Illustration: Stéphanie Béliveau

L’exposition Le soin des choses, dont le commissariat est assuré par la professeure au Département d’histoire de l’art Thérèse St-Gelais, propose une rétrospective des œuvres les plus récentes de l’artiste et diplômée Stéphanie Béliveau (M.A. arts plastiques, 1993).  Présenté à la Maison de la culture Côte-des-Neiges, l’évènement regroupe plus d’une trentaine d’œuvres inédites de cette artiste montréalaise d’une sensibilité remarquable.

«Pour créer ses œuvres, Stéphanie Béliveau récupère des objets de la nature ou encore laissés à l’abandon par les humains le long des rives ou des plages, explique la professeure et commissaire, qui s’intéresse aux femmes artistes dans le cadre de ses recherches. Elle redonne ainsi une vie aux éléments qu’elle trouve.»

Selon la professeure, l’actualité du travail de Stéphanie Béliveau ne fait aucun doute. «Le regard est dirigé en tout premier lieu sur les conséquences catastrophiques de la production humaine abandonnée sur les rives et les plages des continents, envahissant ce qu’il reste de la nature», commente Thérèse St-Gelais.

Pour l’artiste, cette exposition est un moyen de sensibiliser le public à l'importance de prendre soin de notre planète bleue, constate la professeure. «Face à l'épuisement des ressources vitales dont nous avons besoin pour (sur) vivre – et dont nous n'avons que pour très peu de temps encore, si l’on se fie aux déclarations des scientifiques –, l’ouverture d’un passage obligé vers des comportements mésestimés, comme celui de la sollicitude, s’avère fondamental. Or, ce passage, il apparaît telle une signature chez Stéphanie Béliveau.»

Le vernissage de l’exposition a lieu le jeudi 13 décembre, de 17 h à 19 h, en même temps que le lancement de l’ouvrage Stephanie Béliveau: le soin des choses, publié aux Éditions du Noroît. Le graphisme du catalogue d’exposition a été réalisé par François Turcotte, chargé de cours à l'École supérieure de mode de l’ESG UQAM.

L’exposition est présentée jusqu’au 17 février 2019 et fera relâche du 22 décembre au 2 janvier 2019. Thérèse St-Gelais prononcera une conférence intitulée «Femmes artistes et espaces du monde vivant», le 5 février 2019, à la Maison de la culture Côte-des-Neiges.

Stéphanie Béliveau

Née à Québec en 1966, Stéphanie Béliveau vit et travaille à Montréal. Elle a remporté, en 1997, le prix Pierre-Ayot, consacré à la relève en art contemporain, décerné par la Ville de Montréal en collaboration avec l’Association des galeries d’art contemporain.

Son travail a été présenté dans des expositions individuelles et collectives, tant au Canada qu’à l’étranger. Ses projets ont obtenu le soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec, ainsi que du Conseil des arts du Canada. Dans le cadre du Programme d’intégration des arts à l’architecture, elle a réalisé, en 2008, la série d’oeuvres Des soleils et de cellules  dans l’atrium du nouveau pavillon Bellini de l’Université McGill. La même année, une exposition rétrospective de mi-carrière lui a été consacrée au Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul.

Ses œuvres font partie de nombreuses collections publiques et privées, dont celles du Musée des beaux-arts de Montréal, du Musée national des beaux-arts du Québec, de la Ville de Montréal, de la Banque nationale du Canada, de la corporation Financière Power et du Trust Général du Canada.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE