Politic, le jeu

La cohorte 2019 du Lab URBANIA lance une version du jeu Magic sur les élections fédérales.

1 Octobre 2019 à 16H35

À l'arrière, de gauche à droite, Zoé Arcand, Théo Boucher-Depatie et Sébastien Roy. Devant de gauche à droite, Raphaëlle Drouin, Thomas Picotte-Lavoie et Camille Drouin. Photo: Nathalie St-Pierre

Les étudiants de la cohorte 2019 du Lab URBANIA viennent de sortir Politic, une collection de cartes à jouer sur la politique fédérale qui s’inspire du jeu fantastique Magic: The Gathering. Raphaëlle Drouin (C. immigration et relations interethniques, 2018), Thomas Picotte-Lavoie et Zoé Arcand, du baccalauréat en journalisme, Théo Boucher-Depatie, du baccalauréat en communication, politique et société, Sébastien Roy, du baccalauréat en science politique, et Camille Drouin, du certificat en communication, ont mis au point le nouveau jeu de cartes dans le cadre d’un laboratoire d’exploration médiatique qui offre, chaque année depuis 2013, l’occasion aux étudiants de l’UQAM de développer dans les locaux d’URBANIA un projet multiplateforme leur permettant d’appliquer leurs connaissances et de tester de nouveaux concepts.

Le jeu se divise en quatre groupes (bibliothèques) distincts. Les trois premiers représentent chacun des trois grands partis politiques fédéraux, soit le Parti libéral, le Parti conservateur et le Nouveau Parti démocratique. Une quatrième bibliothèque de cartes regroupe les petits partis, comme le Parti vert et le Parti populaire du Canada. Le jeu gratuit peut être téléchargé et imprimé à partir du site web d’URBANIA.

«L’objectif du jeu est de susciter l’intérêt des 18-34 ans pour la politique canadienne, ce qui était l’un des mandats du laboratoire cette année», relève la directrice du contenu numérique chez URBANIA, Barbara-Judith Caron, qui assurait la coordination des stagiaires. Ces derniers avaient carte blanche pour réaliser leur projet. «Les stagiaires devaient exprimer ce qu’ils rêvaient de faire avec ce projet, y compris leurs idées les plus fantasques, tout en trouvant des exemples de couvertures électorales intéressantes et innovantes pour s’en inspirer, raconte Barbara-Judith Caron. Le Lab Urbania, c’est un espace qui permet aux étudiants d’explorer de nouvelles avenues. Si le projet est réalisable, on embarque.»

L’idée a été lancée par Sébastien Roy, un passionné de Magic et féru de politique. Lors de la première séance de travail en groupe, le jeune homme a présenté aux participants une esquisse de son jeu. «Les autres stagiaires ont tout de suite embarqué, raconte l’étudiant. Le jeu essaie de réunir deux types d’univers complètement différents: le monde fantastique de Magic et celui, plus réaliste, de la politique. Il permet aussi une rencontre improbable entre des personnes qui ne se parleraient pas autrement, soit les joueurs de Magic, des personnes généralement peu politisées et plutôt geek, et les lecteurs d’URBANIA!»

Le jeu met de l’avant les stratégies politiques des partis, tout en reflétant les enjeux électoraux, les défis de chaque parti et la personnalité des chefs. «Le jeu reste toutefois respectueux, il est impartial et chaque parti peut gagner», précise Barbara-Judith Caron. Même si le joueur n’a pas suivi l’actualité politique, sur l’affaire SNC-Lavalin, par exemple, il peut tout de même suivre le jeu, poursuit-elle. «On espère que le fait de jouer à Politic suscite la curiosité des joueurs et l’envie d’en apprendre davantage sur différents sujets liés à la politique canadienne. On peut s’instruire tout en s’amusant.» Les créateurs ont mis en ligne un guide qui permet de prendre connaissance des règles du jeu. Le principal défi des stagiaires a été de rendre le jeu crédible et fidèle au jeu de base Magic «tout en faisant en sorte que les joueurs puissent créer des liens entre les partis politiques et les événements de l’actualité», conclut Sébastien Roy.

Les stagiaires du Lab URBANIA publient chaque semaine des articles sur la politique canadienne. La série «Partis pour la gloire» propose des portraits de partis méconnus du public, comme le Parti Rhinocéros. Un événement spécial le soir des élections est aussi prévu.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE