Des investissements en innovation

Quatre chercheurs de l'UQAM reçoivent plus de 1,2 million de dollars pour des infrastructures de recherche.

12 Août 2019 à 13H53

Le Fonds des leaders John-R.-Evans permet à des scientifiques universitaires exceptionnels de mener une recherche de pointe en leur fournissant les outils et l’équipement dont ils ont besoin pour devenir des chefs de file dans leur domaine respectif. Photo: istock

La ministre des Sciences et des Sports Kirsty Duncan a annoncé, le 12 août, des investissements totalisant plus de 61 millions de dollars qui seront versés à travers le Fonds des leaders John-R.-Evans de la Fondation canadienne pour l’innovation. Quatre projets de l’UQAM recevront des subventions pour des infrastructures de recherche dans le cadre de ce programme : un projet mené par Martin Lussier et Anouk Bélanger, professeurs au Département de communication sociale et publique, ainsi que trois projets conçus par les professeurs du Département de sciences biologiques Maikel Rosabal, Saïd Kourrich et Cassandre Lazar.

La somme totale des investissements, qui comprend la contribution du gouvernement du Québec (habituellement équivalente à celle versée par la FCI) et des fonds octroyés par divers partenaires, s’élève à plus de 1,2 million de dollars pour l’UQAM.

Le Fonds des leaders John-R.-Evans permet à des scientifiques universitaires exceptionnels de mener une recherche de pointe en leur fournissant les outils et l’équipement dont ils ont besoin pour devenir des chefs de file dans leur domaine respectif.

Atelier de Chronotopies urbaines/Martin Lussier et Anouk Bélanger

L’Atelier de Chronotopies urbaines (ACU) sera un lieu de spécialisation sur les cultures populaires urbaines, un espace collaboratif et un dispositif technologique visant à documenter, à comprendre et à mettre en valeur la participation des scènes et cultures populaires à la vie de la ville contemporaine. Les projets de l’ACU seront menés selon trois principes: la collaboration communauté-université, la diversité des savoirs et la transformation sociale. L'infrastructure sera un pôle fédérateur ainsi qu’un joueur clé dans les réseaux internationaux de recherche, enrichissant le champ de la communication d’équipements de pointe dédiés à l’étude de la culture populaire et urbaine.

Organisés autour d’un ensemble de dispositifs de documentation mobiles (caméras, iPods, tablettes, ordinateurs), de travail collaboratif (table tactile, local conçu pour le travail de recherche, de création et de co-création) et de diffusion (projecteurs muraux et plateforme virtuelle), les projets de l’ACU regrouperont les chercheurs, les communautés et les partenaires (PQSD, ONF, BAnQ) autour d’une programmation diversifiée qui alliera des processus de mobilisation de connaissances traditionnels (conférences, ateliers, publications) et innovants (projections architecturales, encyclopédie participative numérique et multimodale des cultures populaires, résidences artistiques, productions en co-création). L’ACU aura pignon sur rue au cœur de Montréal.

Les savoirs et les méthodes développés à l'ACU bénéficieront autant à la communauté universitaire qu’aux décideurs et aux acteurs locaux et nationaux. En effet, l'infrastructure profitera à la communauté scientifique en stimulant la recherche sur les cultures populaires et en solidifiant le lien entre l’université et les communautés locales, alors qu'elle encouragera les milieux populaires à s’approprier la production universitaire. Les travaux de l’ACU permettront de soutenir une prise de décision politique qui tienne compte des réalités des cultures populaires locales, et contribueront à valoriser des expériences et des expressions singulières, à enrichir la créativité et la diversité du milieu culturel urbain.

Infrastructure analytique en métallomique environnementale/Maikel Rosabal

En tant que grand exportateur de métaux, le Canada doit relever le défi de tirer les avantages économiques de ces ressources tout en protégeant ses milieux aquatiques. À cet effet, des outils de protection environnementale ont été développés, mais pour assurer une protection adéquate, ceux-ci doivent constamment être améliorés. Pour cela, des connaissances approfondies sur les mécanismes moléculaires de la toxicité des métaux traces sont essentielles. Plus précisément, on a besoin d’informations biochimiques sur les biomolécules ciblées par les métaux traces. L'objectif de ce projet est donc de déterminer les biomolécules qui jouent des rôles biochimiques/physiologiques importants et qui sont ciblées par des éléments métalliques non essentiels qui ont des effets toxiques sur les organismes aquatiques.

À l'aide de la plateforme analytique subventionnée dans le cadre de ce projet, des approches de métallomique, utilisant des techniques séparatives (de chromatographie) combinées à des techniques de spectrométrie de masse (élémentaire et moléculaire) seront développées pour caractériser ces biomolécules sensibles. En utilisant une approche comparative en termes de modèles animaux (invertébrés et poissons), de métaux traces (cadmium, arsenic, thallium, nickel, mercure et des éléments de terres rares) et de latitudes géographiques (tempérée et arctique), ce programme de recherche contribuera à générer de nouvelles connaissances sur les mécanismes moléculaires de la toxicité des métaux. De plus, ce projet permettra le développement de modèles d’évaluation du risque environnemental pouvant aboutir à des propositions de plans d’action pour une protection adéquate des écosystèmes aquatiques. Grâce à son approche multidisciplinaire nouvelle, qui combine des connaissances en écotoxicologie, en biochimie, en biologie cellulaire et en chimie analytique, ce projet représente également une occasion unique de formation des étudiants en recherche environnementale.

Plateforme d'analyse de la plasticité neuronale dans les comportements adaptatifs et pathologiques/Said Kourrich

Tout au long de notre vie, nous sommes confrontés à divers types d’expériences qui façonnent nos comportements. Certaines d’entre elles peuvent nous conduire à développer des maladies psychiatriques. C’est le cas de la toxicomanie – l'un des troubles psychiatriques les plus répandus au monde.

Au Canada, le fardeau économique de la prise en charge des maladies mentales (incluant la toxicomanie) est estimé à 51 milliards de dollars par année, sans compter les conséquences dévastatrices pour les familles et la société. Considérant qu’environ 41% des étudiants du secondaire au Québec ont utilisé des drogues au cours des 12 derniers mois, les risques que certains développent une dépendance sont élevés. Malgré des décennies de recherches, les traitements restent symptomatiques, et une proportion importante d’individus toxicomanes semble résistante à ces traitements.

Nos recherches portent à la fois sur les mécanismes cellulaires par lesquels l’exposition aux drogues psychostimulantes (la cocaïne, par exemple) conduit à la dépendance, et sur les mécanismes impliqués dans les processus de mémoire. En effet, même après un sevrage, les souvenirs associés à la prise de drogues peuvent déclencher un désir immédiat pour la drogue et mener à une rechute.

Notre premier objectif vise à comprendre les mécanismes cellulaires responsables du développement et de la pérennité de la toxicomanie.  Le deuxième volet de notre programme de recherche a pour but de mieux comprendre les mécanismes cellulaires et physiologiques contribuant aux processus d’apprentissage et de mémoire. À terme, ce deuxième volet nous permettra de saisir comment l’altération de ces mécanismes contribue au déclin cognitif associé à l’âge chez le sujet sain ou dans un contexte pathologique.

Identifier de nouveaux mécanismes cellulaires contribuant au développement de la dépendance aux drogues (cocaïne, méthamphétamine) et au déclin des fonctions cognitives est une étape essentielle au développement de nouvelles pharmacothérapies. Dans ce but, notre laboratoire utilise une approche intégrative, incluant la biologie moléculaire, l’électrophysiologie et l’analyse des comportements avec des modèles animaux. L’importance de ce travail de recherche réside dans sa capacité à fournir des informations critiques sur les mécanismes fondamentaux régulant l’activité électrique neuronale, et sur l’altération de ces mécanismes dans le cas des troubles chroniques du système nerveux central, tels la toxicomanie et le déclin des fonctions cognitives.

Écologie des micro-organismes dans la subsurface terrestre/Cassandre Lazar

Les systèmes d’aquifère sont des réserves vitales d’eau douce, puisqu’ils fournissent presque la moitié de l’eau potable mondiale. Ces habitats souterrains sont composés de couches de roches, au travers desquelles coule l’eau souterraine. Ils sont également le siège d’une vie microbienne foisonnante et diversifiée. Ce microbiote, de par ses activités métaboliques, transforme et façonne les aquifères. La protection à long terme de ces écosystèmes essentiels ne peut être assurée qu’en comprenant le rôle de leurs populations microbiennes.

Les microorganismes peuvent être soit planctoniques (dans l’eau), soit sessiles (attachés à des surfaces). Bien que le microbiote sessile soit plus actif et abondant que le microbiote planctonique, nous ne connaissons que peu de choses à propos de la taxonomie des organismes qui le composent, des voies métaboliques qu’ils utilisent, ou de la façon dont ils s’adaptent à cette vie sessile. Ce projet de recherche, soutenu par une nouvelle infrastructure analytique, va s’employer à répondre à ces questions. Il combine des approches interdisciplinaires (écologie microbienne, hydrogéologie) ainsi que des expériences de pointe (omiques, incubations en bioréacteurs). Il présente ainsi des opportunités uniques pour la formation d’étudiants. Ce travail pionnier dans le domaine de l’écologie microbienne de la subsurface est fondamental pour l’évaluation de la résilience des populations microbiennes souterraines face à des perturbations émanant de la surface. L’eau souterraine est un des trésors du Canada et du Québec, et les résultats générés mèneront à une meilleure compréhension de cette ressource vulnérable, et donc à sa protection.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE