Lectures de février

Notre sélection mensuelle d'ouvrages publiés par des professeurs, chargés de cours, étudiants, employés, diplômés ou retraités de l'UQAM.

11 Février 2020 à 11H31

Série «Titres d'ici»

Panorama du design graphique québécois

Le design graphique, ça bouge! du professeur émérite de l’École de design Marc H. Choko dresse un panorama du design graphique québécois. À l’image de l’exposition éponyme présentée récemment au Centre de design et actuellement en circulation à travers le Québec, l’ouvrage présente des projets issus des différentes pratiques du design graphique: typographie, illustration, brochures, logos, emballage, signalétique, animation, etc. Si une brève section retrace l’histoire du graphisme au Québec, le livre est surtout consacré à ses déclinaisons contemporaines, avec des projets réalisés pour des clients aussi divers que le Musée d’Anchorage, Air Canada, Arcade Fire ou la Société de transport de Montréal. Il montre que les designers graphiques d’ici sont à la fois présents sur la scène internationale et au cœur de la révolution numérique dont Montréal est un terrain privilégié. Un texte du penseur et artiste Hervé Fischer sur l’impact des technologies sur le design graphique accompagne d’ailleurs l’ouvrage. Une cinquantaine d’agences sont représentées, parmi les plus en vue au Québec. Pour chacune, la photographe Cindy Boyce a réalisé une photographie captant l’atmosphère du lieu de création. Abondamment illustré d’images des projets, le livre est en lui-même un bel objet de design graphique signé par l’agence Paprika, dirigée par Louis Gagnon, chargé de cours à l’École de design. Publié aux Éditions Somme toute.

La manière Trump

«Quand je vous dis que cette élection est terminée, elle est terminée. La seule chose qui reste à déterminer est la marge de défaite pour M. Trump s'il s'accroche jusqu'au 8 novembre», déclarait au Téléjournal de Radio-Canada Rafael Jacob (M.A. science politique, 2013), le 11 octobre 2016. On connaît la suite. Après avoir fait amende honorable au lendemain de l'élection, le chercheur en résidence à la Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques a entrepris une analyse du phénomène ayant porté ce candidat improbable jusqu'à la Maison-Blanche. Expliquant l’impact de Trump sur la campagne électorale, la présidence américaine, les États-Unis et l’ensemble du monde, y compris le Québec et le Canada, ainsi que l’héritage qu’il risque de laisser, Révolution Trump met la table pour la campagne présidentielle de 2020. «Ce livre est l'histoire de ce qui se produit lorsque Happy Gilmore brigue la présidence des États-Unis d'Amérique. Et la remporte», offre l'auteur comme analogie de départ, faisant référence au film dans lequel ce personnage de golfeur irrévérencieux se hisse jusqu'au plus haut sommet de son sport en faisant fi des conventions. Comme quoi la réalité dépasse souvent la fiction... Publié chez Robert Laffont.

L'art de la vulgarisation scientifique

«On ne vulgarise pas la science pour impressionner les lecteurs par l’étendue et la complexité de son savoir, mais pour leur faire partager ce savoir», écrit la directrice du Cœur des sciences de l’UQAM et ancienne rédactrice en chef d’émissions scientifiques Sophie Malavoy dans ce nouveau Guide pratique de vulgarisation scientifique. Qu’il s’agisse de rédiger un article, un texte pour un site web ou pour un blogue, ou de faire une présentation orale, l’ouvrage fournit de précieux conseils sur, notamment, le choix du sujet, sur la manière de capter l’attention, sur la structure du texte et sur l’art de conclure. Illustré par le dessinateur Jacques Goldstyn et ponctué d’images de sciences extraites du concours de photos La preuve par l’image de l’Association francophone pour le savoir (Acfas), le guide fournit également des exemples d’amorces ou de conclusion tirés d’articles scientifiques publiés dans les médias (Québec ScienceL’actualitéLe Devoir…). Cette seconde édition de l’ouvrage (la première remonte à 1999) n’a rien perdu de sa pertinence, bien au contraire, en ces temps de fake news, de climatoscepticisme et de saturation de l’information. Publié aux éditions de l’Acfas.

Les transitions énergétiques

La notion de «transition énergétique» suscite de nombreux débats et interpelle de plus en plus le monde de la recherche. En effet, changer plus ou moins progressivement de système énergétique demande des innovations technologiques, territoriales et sociétales permettant de mieux exploiter les énergies renouvelables, de mieux (et souvent de moins) consommer l’énergie et, surtout, de réduire les nuisances territoriales. La remarquable convergence des discours à l’échelle mondiale sur la nécessaire transition énergétique dissimule pourtant mal les controverses et les conflits nécessaires à sa mise en œuvre locale. Sous la direction des professeurs Pierre-Henri Bombenger (Haute école d'ingénierie et de gestion du canton de Vaud et Haute école spécialisée de Suisse occidentale), Éric Mottet (Département de géographie, UQAM) et Corinne Larrue (École d'urbanisme de Paris), Les transitions énergétiques: discours consensuels, processus conflictuels aborde ces divergences et présente des cas d’étude inscrits dans des contextes sociopolitiques, économiques, culturels et techniques variés et faisant état de processus de transitions énergétiques diversifiés (bourse des émissions de carbone, développement éolien, grands barrages ou encore stratégie énergétique régionale). Cet ouvrage, issu d'un colloque qui s'est tenu à Lausanne, en Suisse, au printemps 2018, est publié aux Presses de l'Université du Québec.

Discours de guerre

L’art de l’argumentation ne cède pas ses droits en situation de guerre, bien au contraire. La préparation des conflits, la conduite des opérations et la reconstruction de la paix sont d’intenses moments de négociation, de persuasion et de confrontation dans lesquels l’art oratoire occupe toute sa place. Fruit d’une collaboration entre historiens et juristes, l’ouvrage collectif Argumenter en guerre. Discours de guerre, sur la guerre et dans la guerre de l’Antiquité à nos jours, publié sous la direction de Benjamin Deruelle, professeur au Département d’histoire, et d’Emmanuelle Cronier, maîtresse de conférences à l’Université de Picardie-Jules Verne, propose une réflexion sur les usages et les fonctions du discours en situation de conflit armé. Les articles qui y sont réunis transportent le lecteur des plaines du Péloponnèse et de l’Italie romaine au Tribunal international de La Haye, en passant par les guerres d’Attila et de Bourgogne, les conflits religieux et ceux de la monarchie absolue, la guerre de Sécession aux États-Unis et les deux conflits mondiaux. Dans chaque cas, s’y révèlent les modalités et les enjeux de la parole en guerre. Paru aux Presses universitaires du Septentrion.

Pour des villes intelligentes... et intelligibles!

Le phénomène d’urbanisation, qui s’est intensifié depuis la révolution industrielle, s’étend aujourd’hui à une échelle inédite tout en produisant les limites de sa propre expansion: pollution des écosystèmes et de la biosphère, congestion, surpopulation, etc. Devant l’ampleur de la crise urbaine, de plus en plus d’agglomérations adoptent le modèle de «ville intelligente». De la ville intelligente à la ville intelligible, un ouvrage collectif dirigé, notamment, par le professeur du Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale Nicolas Merveille, se penche sur ce grand projet technologique. Il explore les défis que la « ville intelligente » pose à la démocratie et à l’écologie ainsi que la menace qui pèse sur les libertés et les droits des citoyens. La doctorante en communication Joëlle Gélinas et le doctorant en sémiologie Fabien Richert s’intéressent aux villes qui proposent des incitatifs fiscaux avantageux aux entreprises, en lien avec les données massives (Big Data) et le développement de l’intelligence artificielle, lesquels permettent à ces villes de demeurer compétitives et de se distinguer sur la scène internationale. Simon Lévesque, doctorant en sémiologie, réfléchit pour sa part aux implications éthiques et politiques de la ville intelligente. Publié aux Presses de l’Université du Québec.

PARTAGER
COMMENTAIRES 0 COMMENTAIRE